La mort suspecte de plusieurs éléments de la GR relance le débat des crimes rituels

0
2219




Depuis un moment règne au sein de la garde républicaine un climat de suspicion à l’égard de la hiérarchie. La mort suspecte de plusieurs sous officiers a relancé le débat des sacrifices humains pour sauver le pouvoir. Certains vont jusqu’à affirmer que le sang des militaires morts serviraient au chef de l’État.

Toutes les morts ne se ressemblent pas dans ce pays appelé Congo, où, depuis 32 ans règne d’une main de fer Denis Sassou Nguesso. Les disparitions dans des conditions bizarres des militaires destinés à la garde du chef de l’État a crée une psychose.




Les familles de ces militaires sont persuadées que leur mort est le fruit des sacrifices humains visant à perpétuer le pouvoir de la famille Sassou Nguesso. Les trois dernières victimes avaient été envoyées en mission vers la frontière du Gabon où, un accident de la circulation aurait eu raison d’elles.

Les familles ont été empêchées de voir leurs corps par la hiérarchie,renforçant un peu plus la thèse du crime rituel. Selon un source militaire, ces corps avaient été vidés de leur sang.

Des sous officiers à la merci de la hiérarchie, auraient multipliés des excuses pour ne pas être envoyés en mission. Ces militaires s’étonnent pourquoi le choix des autorités se serait porté vers eux, alors que plusieurs badauds peuplent les rues de Brazzaville.




Dans les années antérieures, la rue a toujours soupçonnée le pouvoir d’être à la base des disparitions violentes liées aux crimes rituels. Des faits revenus sur la sellette et dont les victimes semblent être ceux qui censés protéger le dit pouvoir.