La loge, le pésa sima po zwa Mbongo, l’avenir des jeunes du PCT au Congo

0
1097

Quand dans un pays les vieux s’activent à façonner les jeunes à leur image malgré leur échec cuisant, on ne peut parler d’un avenir radieux. Ceux qui ont compris cette mauvaise foi des anciens ont choisi de quitter le pays ou de vivre loin des tentations politiciennes. Mais une autre classe des jeunes trop gourmands et fainéants fait le lit aux véreux vieux. Pour aspirer à une vie de rêve dans le système, tout jeune doit adhérer à la Grande Loge du Congo et offrir son derrière.

A une époque donnée, les vieux dans les villages évitaient aux jeunes certaines pratiques en contradiction avec leurs aspirations. Ils leurs donnaient des conseils afin qu’ils soient des modèles dans la société. Un vieux sorcier ne souhaitait pas que ses enfants héritent de ses bêtises.

Mais de nos jours les caciques du pouvoir qui se sont liés aux pratiques négatives se plient chaque jour en morceaux pour entraîner dans leurs bêtises. Ayant pris le pays en otage, ces vieux ont conditionné toute promotion sociale à l’adhésion à leur secte maçonnique ainsi qu’à ses pratiques.

Il n’est plus surprenant de voir des jeunes filles ne plus accorder de la valeur aux jeunes qui roulent croasse dans Brazzaville ou Pointe-Noire. « Ils livrent leurs fesses pour avoir tout cela et viennent frimer » disent-elles.

L’avenir des jeunes proches du pouvoir est conditionné par la Loge et le pésa sima au delà de leurs compétences. En retour, ces jeunes deviennent des méchants dans la vie et ont du mal à aider leurs prochains au vu des souffrances endurées dans les lits des vieux.