La Grèce se cabre de plus en plus contre les migrants

0
174





La Grèce, l’un des pays d’Europe les plus touchés par l’immigration clandestine (première porte de débarquement des migrants sur le continent européen) est désormais décidée à ne plus se laisser ‘‘envahir’‘ par les demandeurs d’asile venus embrasser l’eldorado. Dans le paisible et très touristique village de Makrygialos (nord), les habitants ont fait barrage contre un projet gouvernemental qui vise à y loger des migrants.

À l’instar de plusieurs communes de la Grèce continentale, les habitants de Makrygialos (450 km au nord d’Athènes) ne veulent plus entendre parler de migrants illégaux. Au cours d’une manifestation d’humeur, 300 parmi eux ont rejeté en bloc un projet gouvernemental qui consiste à accueillir 200 demandeurs d’asile sensés venir des îles de la mer Egée. Sur une banderole tenue par des contestataires très remontés, l’on pouvait y lire “Nous n’accepterons aucune colonisation illégale”.

Tasos Yiakoumis est avocat et fervent opposant à l’arrivée de migrants clandestins dans son pays. Au cours de la manifestation anti-migrante à Makrygialos, le juriste n’a pas mâché ses mots : “Nous sommes déterminés à défendre notre patrie. Nous ferons tout pour les empêcher de venir !”

Nous connaissons très bien leur plan, ils veulent islamiser l’ensemble du monde occidental, ça ne passera pas !

Le projet de transfert des 200 migrants consiste à les reloger dans un ancien foyer pour malades mentaux. Mais Yiakoumis lui, voit les choses d’un autre œil : “Nous connaissons très bien leur plan, ils veulent islamiser l’ensemble du monde occidental, ça ne passera pas !”, dit-il en s‘époumonant, micro à la main.

Le syndrome du dangereux migrant

Lui emboîtant le pas, un autre contestataire martèle que “Les réfugiés enlèvent les enfants.” Ils ne se prive pas d’ajouter que “La plupart des gens qui viennent en Grèce ont un casier judiciaire et sont recherchés dans leur pays”.




Toujours dans la même veine, d’autres encore prétendent que la criminalité atteindra des sommets si les demandeurs d’asile s’installent dans leur paisible village côtier, dont la principale source de devise est le tourisme. À ce sujet, Anastasios Manolas, le maire de Makrygialos, s’interroge en ces termes : “C’est une zone touristique. Quel touriste voudra prendre des vacances à côté (d’un refuge pour migrants) ?”

La manifestation d’humeur de Makrygialos est loin d‘être un cas isolé. En effet, durant ces derniers mois, de nombreux rassemblements anti-migrants ont été enregistrés dans les communes du nord de la Grèce. Des habitants, décidés à ne pas accueillir les demandeurs d’asile chez eux, avaient même barré les routes avec leur corps, dans le but d’empêcher les bus transportant les migrants d’arriver à bon port.

Même les écoles n‘échappent pas à cette vague de colère, qui tend à prendre des proportions racistes. La semaine dernière, le village de Vrasna enregistrait une anecdote aux allures de sélection raciale. Des parents d‘élèves ont tout simplement refusé que leurs enfants se retrouvent dans la même école (maternelle) que ceux des réfugiés. Ces derniers ont finalement été obligés de trouver une autre école pour leurs progénitures.

Le projet gouvernemental de la création d’infrastructures “fermées” pour héberger les migrants ne contribue pas à faire baisser la tension. Les habitans des îles grecques s’insurgent contre la promesse non tenue par le gouvernement de fermer les camps de migrants de Lesbos, Chios et Samos et ne veulent pas entendre parler de remplacement de ces camps par d’autres.

Le gouvernement Mitsotakis sur la sellette

La sittuation va de mal en pis, avec des manifestations de plus en plus ouvertement xénophobes et des bagarres rangées entre migrants et Grecs ont même été rapportées sur les îles égéennes. Mais le pic des colères a été atteint lorsqu’Athènes a pris la décision de réquisitionner des terrains pour en faire des centres d’hébergement pour migrants. Après discussions, Notis Mitarachi, le ministre des Migrations, a donné aux autorités des îles une semaine pour trouver une solution à l‘épineux problème. Le but étant de trouver d’autres endroits pour les migrants, en remplacement des terrains réquisitionnés.

Cette colère met le gouvernement conservateur de Kyriakos Mitsotakis en difficulté. Pour rappel, le Premier ministre grec promettait de trouver une solution au sempiternel problème de la migration clandestine. Sept mois plus tard, le constat est là, amer ; la Grèce est toujours hautement sollicitée par les demandeurs d’asile.




Finalement, les îles de la mer Egée et la Grèce continentale, étouffées par l’incessant flux migratoire (les migrants venant principalement du Moyent-Orient en passant par la Turquie voisine), refusent de continuer de laisser les migrants arriver sur leurs terres. Les camps de migrants sont de plus en plus bondés et marqués par une précarité criarde. L‘île de Lesbos (périphérie d’Égée-Septentrionale) est l’exemple le connu de la situation.

Selon un chiffre fournis par l’AFP (Agence France presse), environ 38.000 demandeurs d’asile s’y entassent. Certains s’y trouvent depuis des mois, d’autres, depuis des années, sans la possibilité d’une amélioration de leur condition de vie. D’autres camps tels que Kos, Leros, Chios et Samos connaissent la même réalité. Ces cinq camps, prévus à l’origine pour 6.200 personnes, voient leur capacité aujourd’hui largement dépassée.

Les Grecs, autorités et habitants confondus, ne se contentent plus de refuser les migrants chez eux ; ils exigent désormais l’expulsion de la majorité d’entre eux. Le gouvernement, qui a transféré 9.000 demandeurs d’asile sur la Grèce continentale (sur un total de 20.000 prévus en 2019) a soulevé le courroux des Grecs qui se dressent contre l’arrivée des 11.000 restants.