La génération des pédés du PCT recrute des nouveaux pédés pour 2021

0
1034




Lentement mais sûrement, on avance vers 2021, année de la présidentielle que Denis Sassou Nguesso va remporter avec 77 % des suffrages exprimés. Mais, pour maquiller cette tricherie, quelques éléments de sa jeunesse se préparent déjà à ratisser large afin de créer un semblant d’engouement autour de leur candidat.Si le rêve d’un voleur est d’entraîner son entourage avec lui, celui des jeunes du PCT est de changer d’orientation sexuelle à d’autres jeunes pour ne plus être les seuls à se livrer aux doyens.




La crise sévit au Congo, et tout jeune, aspire à mieux vivre bien que les opportunités professionnelles se font rares, et, quand elles sont visibles, le tribalisme s’impose.La mafia qui dirige le pays connaît assez bien les faiblesses des jeunes congolais au point leur allégeance se gagne facilement.




En créant une armée des jeunes homosexuels, les vieux du pouvoir étaient conscients de rallonger la chaîne. Un jeune du PCT profitant des avantages du pouvoir ne voudra pas être le seul à se voir défoncer le derrière.Il va entraîner ses proches ou à défaut pêcher loin de lui.

Depuis des semaines, nombreux sont des jeunes congolais des quartiers nord principalement, qui rapportent avoir été approchés par des jeunes du PCT dont des députés pour faire partir de leur écurie. On leur fait miroiter une vie de rêve avant qu’ils ne se rendent compte que la condition primordiale est la livraison de leurs derrières pour assouvir les désirs des Ewawa.




Gatien O, un jeune de Keba na virage à Talangai, rapporte avoir un contentieux avec un jeune député du PCT pour l’avoir giflé et insulté dans un VIP. Ce dernier lui aurait fait cette proposition indécente. « Oza liboma, nga na pesa sima na nga ba bondza yango ! Donc ozalaka pédé yo ! » aurait réagi le jeune homme.

Plusieurs sources confirment que des sommes importantes d’argent ,ont été versées à ces jeunes du PCT pour monter des associations juvéniles de façade afin de recruter des candidats à la « chance eloko pamba ».