La décentralisation, un épineux problème au Congo

0
1238




Le  Premier ministre, Clément Mouamba a relevé le 29 novembre devant les sénateurs l’impérieuse nécessité pour son gouvernement d’accélérer la cadence de mise en œuvre de la décentralisation, en vue du fonctionnement efficient de l’administration des collectivités locales. En réalité, depuis bien des années, cette décentralisation peine à se mettre en place, à l’étonnement des sénateurs qui ont interpellé le gouvernement à ce sujet.

Interpellé par le Sénat au sujet de la décentralisation qui peine à trouver ses marques et en proie à maintes dysfonctionnements,  Clément Mouamba a  souligné que la lancinante question de la décentralisation était une donnée constitutionnelle non négociable.

« La mission du gouvernement dans la mise en œuvre effective de la décentralisation se fait sans doute avec perspicacité, rigueur, méthode, responsabilité et réalisme, pour que les organes décentralisés puissent fonctionner convenablement », a-t-il dit.




Le chef du gouvernement a reconnu que le rythme pris par la décentralisation était insatisfaisant, avant d’ajouter que  la question de faire vivre la décentralisation comme une réalité sera un processus à gérer par toutes les forces politiques de connivence avec l’État qui devra la mettre en œuvre.

Parmi les maux qui entravent le fonctionnement des entités décentralisées au Congo, l’auteur de la question sur la décentralisation, le sénateur Gabriel Zambila a épinglé, le non versement aux collectivités depuis plus de deux ans, des subventions de l’Etat ; la non rétrocession par le trésor public des taxes collectées aux conseils communaux, départementaux et municipaux.

Le ministre des Finances et du Budget Calixte Ganongo, à cette occasion, a fait savoir que les subventions versées aux collectivités locales se faisaient au départ de manière trimestrielle, jusqu’en 2016 date à laquelle la situation de la trésorerie devenait très difficile. Ce qui fait qu’aucune subvention n’a été faite à l’endroit des collectivités locales, a-t-il poursuivi.




Calixte Ganongo a révélé que de janvier à novembre 2018, l’Etat avait pu rétrocéder aux collectivités locales 18.652.757.584 francs CFA.

Réagissant aux  allégations faites par le gouvernement sur sa volonté  de concrétiser la décentralisation, également dans la restitution des fonds aux collectivités locales, les sénateurs ont affirmé qu’aucune subvention n’a été octroyée à ces entités décentralisées dont la plupart ne disposent pas de ressources financières depuis près de deux ans.

Les sénateurs ont  demandé au gouvernement de redoubler davantage des efforts en vue de la mise sur pied de la décentralisation. Ils ont  par ailleurs apprécié l’engagement pris par le pouvoir exécutif, d’allouer les fonds aux collectivités locales avant la fin de l’année.