Kiki Sassou : le rêve d’un zaïrois toto et mamadou au Congo Brazzaville

0
3273




 

Denis Christel Sassou Nguesso, est ce fiston, issu d’une aventure sexuelle entre l’actuel chef de l’État et une ancienne prostituée zaïroise. Toto et mamadou durant tout son parcours scolaire, le petit zaïrois rêve de suivre les traces d’Ali Bongo au Gabon, en succédant à son père.

La politique est un jeu d’échecs où il faut écarter ses ennemis pour aspirer arriver loin au Congo, un idéal bien appliqué par Sassou le père. C’est dans cette politique, que Kiki s’est embarqué, depuis un moment dans son rêve d’être le premier zaïrois à diriger le Congo Brazzaville.

L’élimination de certains poids lourds de la scène politico militaire, n’est que la conséquence de cet agenda. Il fut une époque où les congolais entonnaient «  Boma zaïrois, tika nioka », sans avoir réellement éliminer le zaïrois qui est en passe de les diriger.




En associant avec son père, Kiki vise le secrétariat général du PCT de Marien Ngouabi et Cie. Un zaïrois, de surcroît toto et mamadou va faire une OPA sur ce grand parti marxiste, après avoir sans surprise échoué à la tête de la COTRADE, SNPC, et passé son temps à faire ce que le zaïrois maîtrise jalousement, à savoir le VOL.

Marcel Ntsourou est enterré à Lekana pour éviter à Kiki des soubresauts. Mokoko, Okombi et autres braves congolais subissent la fureur de Sassou père à cause de son zaïrois de fils. Un homme idiot le plus souvent pense que les autres sont moins intelligents que lui. Kiki, vole l’argent des congolais et le leurs reverse en forme de don pour se faire passer pour un philanthrope. Une idiotie, bien capitalisée par le clan de l’Alima.

Tout congolais sait néanmoins que le bruit autour de perspectives d’avenir est subventionné grâce à l’argent volé du pétrole. C’est le comportement parfait des totos et mamadous, qui croient que les armes sont le feu vert unique à leurs rêves.

Une personne normale ayant tous ses sens, n’oserait jamais rêver diriger un pays qui n’est pas le sien totalement, après avoir montré son idiotie létale à la tête de toutes les sociétés qu’elle a dirigé. Mais le zaïrois est prêt à tout pour arriver pour assouvir ses envies et surtout se faire un peu de sous, peu importe le préjudice causé.




A Brazzaville, nos frères de la RDC, se sont fait passer pour des maçons avec toutes les conséquences connues. N’eut été les préjugés des congolais sur eux, on aurait facilement retrouvés des kinois dans nos hôpitaux se faisant passer pour des médecins et dans d’autres secteurs, toujours comme usurpateurs de fonction. Kiki le zaïrois qui s’exprime comme Edgard Bokilo, fera-t-il rire les congolais à chaque prestation ?