Bouya accuse Gilbert Ondongo d’avoir dilapidé les fonds des générations futures

0
4461




 

Dans un livre ( Discours sur un Congo en chantier) qui va paraître et dont la séance de dédicace est prévue ce samedi 11 août à l’auditorium du Rectorat de l’université Marien Ngouabi, jean Jacques Bouya responsabilise directement son collègue au gouvernement Gilbert Ondongo d’avoir mal géré les fonds des générations futures. Bouya revendique la paternité de cette initiative et on assiste au combat des voleurs.

Ce sont plus de 14 mille milliards de francs cfa,destinés aux générations futures et gardées en Chine qui se sont évaporées dans la nature, sans que les coupables ne soient trouvés. L’actuel premier ministre, arrivé tard dans la mangeoire, a lors d’une conférence de presse déclaré que le gouvernement aurait été contraint de recourir à ces fonds pour le fonctionnement de l’État.

Mais tous les congolais avisés, savent très bien que certains caciques du clan d’Oyo s’en ont servi à volonté. Les noms cités ont toujours été ceux de Jean jacques Bouya, Gilbert Ondongo, Denis Christel Sassou Nguesso et lui-même Denis Sassou Nguesso.




Même la commission nationale de la lutte contre la corruption n’a jamais jusqu’à ce jour désigné officiellement les responsables de ce grand vol à la nation.

Jean Jacques Bouya qui aspire malgré son cachet de grand voleur est sur le point de donner sa part de version sur ce dossier. Dans un livre qu’il s’attribue, mais écrit par des étudiants de Marien Ngouabi, imprimé et traduit en chinois, le ministre au gros ventre selon Alain Akouala affirme que le véritable responsable de la disparition des fonds des générations futures n’est entre autre que Gilbert Ondongo.

Dans ce pamphlet qui s’intitule «  Discours sur un Congo en chantier », Bouya essaie de justifier l’importance de ses chantiers, même les plus insensés. Pour lui, le Congo n’avance pas à cause du manque de financement. Il a sans doute oublié que les chinois avaient débloqué la totalité des fonds ayant servi de prêts pour nombreux chantiers inachevés ou mal réalisés. A cela, il faut ajouter la surfacturation. Mais comme certains mbochis ne connaissent pas la honte, ils viennent toujours justifier leur échec.




Jean Jacques Bouya affirme être celui qui a eu l’idée de la création du fond des générations futures, dans sa vision de faire du Congo un pays émergent, et de garantir l’avenir des congolais de demain.

Il accuse directement Gilbert Ondongo d’avoir dilapidé les 14 milles milliards alloués à ce fond et gardé en Chine .

Le véritable problème de ses dirigeants d’Oyo, est celui de croire que les congolais sont si idiots comme eux. Quel est ce congolais qui peut croire en la sainteté de Bouya ? Mais ne dit -on pas souvent que le sorcier n’a jamais honte, puisqu’il vient même pleurer à la veillée de sa victime.