J.M Thystere, incapable de réhabiliter l’Avenue qui porte le nom de son père. Ministre figurant

A Pointe-Noire, il y a tout un quartier qui porte le nom de son défunt grand leader, Jean Pierre Thystere Tchicaya. Mais l’état pitoyable de l’avenue qui porte le même nom dans le dit quartier est une honte pour les fils et filles de cette ville qui contribue à 90 % au PIB national. Le fils de Jean Pierre, ministre des hydrocarbures au sein du gouvernement qui devrait veiller à la me moire de son père, s’intéresse plus à être le chien des Sassou Nguesso et n’intercède jamais pour la réhabilitation de cette avenue qui porte le nom de père grâce à qui, il fait le figurant dans le gouvernement.

En RDC, Félix Tshisekedi a fait du slogan et idéaux de son père son cheval de bataille. On l’entend dire à qui veut l’entendre «  le peuple d’abord et État de droit ». Voilà au moins un fils digne de son père.

Au Congo Brazzaville, beaucoup ont toujours cru que faire des enfants avec une blanche est une grosse perte. Les métis sont les plus nuls qui existent sur cette terre, car sans repères raciales. Alors que Denis Sassou Nguesso, a modernisé le village de ses parents, les enfants de ses anciens collègues décédés qu’il donne du boulot par compassion et stratégie politique au gouvernement excellent dans la nullité totale.

L’un d’eux est le fils de Jean Pierre Thystère Tchicaya, devenu ministre que par son patronyme et qui semble l’oublier. Comme pour respecter l’adage qui dit que le Métis trahi toujours, il est incapable du haut de son ministère des hydrocarbures d’honorer la mémoire de son propre père.

Après avoir vendu le RDPS au PCT, Jean Marc, n’arrive toujours pas à obtenir de ses acheteurs la réhabilitation de l’avenue Thystère dans le quartier qui porte le même nom à la sortie de la ville de Pointe-Noire.

Tous les contrôleurs des bus qui passent par là n’hésitent jamais à lancer des « Bimbwakelas » aux passagers Vilis. On peut entendre d’eux facilement que les Vilis sont les plus Youmas du Congo et qu’avoir des enfants Métis est une malchance. « Tala Jean Marc ké ministre, mais incapable na ku yidika avenue ya papa ya yandi!»