Insolite : A P/Noire, des ressortissants du Nord sont devenus propriétaires terriens ( Mfumu Toto)

0
695




Au quartier Nkombo de Brazzaville, un groupe d’amis, tous, originaires du nord du pays discutent autour d’un pot quand soudain apparaît celui qui les a invité. Du coup, des cris de joie accompagnés de « Mfumu Toto » se sont fait entendre. Arsène Elenga serait devenu propriétaire terrien au quartier Nanga à Pointe-Noire où il a été affecté comme militaire il y a quelques années. Une réalité insolite que vivent les autochtones du Kouilou.

Dans un bus reliant le quartier Mpaka au fond Tié tié, un passager originaire s’en est pris violemment à un autre originaire du Kouilou. Il reprochait à son ethnie Vili d’avoir permis que ceux qui sont venus du nord lointain devenir des MFUMU TOTO. « Est-il possible qu’un Vili devienne Mfumu Toto à Oyo ? » Tout les passagers y compris le chauffeur et contrôleur ont répondu par « JAMAIS »




Adolphe Poaty, un historien Vili affirme que l’histoire du Congo suit son cours de falsification orchestrée depuis Brazzaville. Pour lui, être propriétaire terrien dans le Kouilou ou à Pointe-Noire était sacré pour les autochtones avant que les étrangers le deviennent on ne sait par quel miracle.

Jacob Mpandzou quant à lui soutient que l’appât du gain et la gourmandise de certains Vilis ne font qu’humilier ce peuple qui assiste comment sa richesse sert au développement des autres. «  Ce n’est pas demain qu’on verra un Lari Mfumu Toto à Mouyondzi ou vice versa. »

Hors, les ressortissants le sont devenus à Pointe-Noire aussi facilement sans aval des notables Vilis. Usant leur pouvoir politique et militaire, nombreux d’entre eux ont ravi de force des terres aux autochtones qu’ils revendent.




Une fois installé autour de ses amis dans ce bar de Nkombo, quartier nord de Brazzaville, Arsène Elenga a répondu aux interrogations sur son nouveau statut de Mfumu Toto. Dans ses affirmations, on pouvait noter son mépris du peuple Vili qui lui a pourtant reçu à bras ouvert.

Jacob Mpandzou se dit confiant qu’un jour tous ceux qui auront acheté des terrains auprès des nouveaux Mfumu Toto nordistes seront expropriés par les véritables propriétaires Vilis quand le pays redeviendra normal.

Marcel Bakissi