Guinée : les leaders de la société civile détenus dans un lieu secret (avocat)

0
105





Au moins six figures de proue de la société civile en Guinée étaient toujours détenus dimanche dans un lieu tenu secret, au lendemain de leur interpellation et à la veille d’une mobilisation contre l’ambition prêtée au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat, a indiqué leur avocat.

Les six hommes sont les principaux animateurs du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), une coalition créée en avril par des partis d’opposition, des syndicats et des membres de la société civile.

Cette coalition, appuyée samedi par le puissant syndicat des enseignants, a appelé les Guinéens à manifester à partir de lundi contre un projet de révision de la Constitution qui permettrait à Alpha Condé, 81 ans, de se présenter fin 2020 pour un troisième mandat, alors que leur nombre est limité à deux.

“Depuis qu’ils ont été enlevés samedi au domicile de leur leader, ils ont été conduits à la DPJ (direction de la police judiciaire), où ils ont été interrogés pendant quatre heures, puis conduits vers une destination inconnue”, a déclaré à l’AFP leur avocat, Salifou Béavogui.

Ils sont accusés par la police de “trouble à l’ordre public et d’avoir tenu des propos incitatifs à la révolte, ce qu’ils ont systématiquement rejeté”, a-t-il ajouté.




Les six responsables ont été interpellés sans violence samedi par des membres des forces de l’ordre “cagoulés” au domicile de leur coordinateur national, l’ancien ministre et dirigeant de la Plateforme nationale des citoyens unis pour le développement (PCUD), Abdourahmane Sanoh, selon le FNDC.

Liste des détenus

Outre M. Sanoh, il s’agit des responsables des “opérations”, Ibrahima Diallo, de la “planification”, Sékou Koundouno (Balai citoyen), de la “communication digitale”, Abdoulaye Oumou Sow (Association des blogueurs de Guinée), et de deux “animateurs” du FNDC, Mamadou Baïlo Barry (de l’ONG Destin en Main), et Alpha Soumah, rappeur connu sous le nom de Bill de Sam, selon une liste publiée dimanche par le FNDC.

Deux autres militants ont été interpellés hors du domicile de M. Sanoh : un membre de sa famille, Mamadou Sanoh, et Cheikh Sakho (Mouvement démocratique libéral, MoDeL), selon cette liste.

“Je suis inquiète pour mon mari et pour les autres”, a déclaré à l’AFP l‘épouse d’Ibrahima Diallo, Asmaou Barry Diallo. “L’interlocuteur que j’ai eu bout du fil m’a dit qu’ils ont tout sur place, ne vous inquiétez pas, sans me dire le lieu de leur détention”.

Malgré les craintes de débordements violents de la part des forces de l’ordre, courants en Guinée, le FNDC a réitéré dimanche son “appel à une mobilisation sans précédent” contre “ceux qui s’acharnent à promouvoir une présidence à vie”.

AFP