Grogne des policiers chargés de l’opération confinement à Dolisie





Le Congo, au même titre que de nombreux Etats dans le monde, n’est pas épargné par le Coronavirus. Dès les premières heures de son apparition, le gouvernement a mis en œuvre un plan de prévention et de riposte visant à endiguer la propagation de cette épidémie, notamment le couvre-feu et le confinement. Problème, les policiers chargés d’appliquer et de faire respecter ces mesures à Dolisie dans le Niari (sud) refusent d’assurer le service tant que leurs chefs ne font pas toute la lumière sur la gestion et la répartition de leurs primes journalières qui sont fixées à 2000 FCFA alors que leurs collègues de Brazzaville gagnent deux fois plus, selon une source policière.




La tension était palpable ce vendredi dans la ville préfecture du Niari. Les policiers accusent certains de leurs patrons de détournement de l’argent des primes.Les autorités civiles et militaires de la ville de Dolisie invitent les populations et policiers à ne pas céder à la panique, mais à faire preuve de discipline, de solidarité et de sens des responsabilités, au moment où le monde entier traverse des moments difficiles.

Un appel au calme alors que les mêmes autorités sont celles qui retiennent l’argent destiné à la prime des policiers. Au Congo, chaque décaissement de fonds est une occasion pour certains de se faire des poches au détriment des ayants droits.