Gamboma : Hugues Ngouolondélé gardait 110 millions dans les latrines,les voleurs se sont servi

0
3737


 

 

Que peut pousser une personne qui ne se reproche de rien à garder des millions dans les latrines ? L’ancien incompétent maire de la ville de Brazzaville et actuel ministre par clientélisme familial des sports accuserait ses travailleurs de la perte de ses 110 millions de Cfa gardés jalousement dans les latrines de sa villa de Gamboma.

Les travailleurs de cette localité des plateaux peuplée majoritairement par l’ethnie Bangangulu n’ont jamais compris pourquoi leur patron,Hugues Ngouolondélé s’était fait construire des latrines traditionnelles dans une villa moderne. Ils viennent de se rendre compte que c’était un coffre fort naturel pour leur chef.

Un chef qui leurs soupçonne d’être responsables du forfait qui a causé la perte de on butin jalousement gardé. Hugues Ngouolondélé éhonté affirme avoir perdu 110 millions de francs cfa qu’il aurait gardé dans ces latrines.


Mais les travailleurs réfutent cette accusation et se demandent bien par quelle magie auraient-ils imaginé qu’autant d’argent était planqué où chaque jour,ils déversaient le contenu de leurs ventres.Un féticheur de la localité aurait même été appelé en renfort pour découvrir le coupable ou les coupables.

Hugues Ngoulondélé,fils du général Emmanuel Ngouolondélé est le gendre du chef de l’État actuel du Congo qui par compassion pour sa fille lui a fait maire de la ville et actuellement ministre malgré son incompétence notoire.

Bien que cette somme soit minime pour Hugues Ngouolondélé,n’empêche qu’il se lamente,surtout imaginant combien il a enrichi quelques pauvres personnes à son service. Le mystère règne sur l’identité du voleur d’autant plus seul Hugues était au courant de cette cachette.

Hugues Ngouolondélé s’est toujours défendu d’avoir volé la mairie de Brazzaville,bien que même les murs du bâtiment en marbre au bord du fleuve Congo savent que c’est une moquerie à l’honnêteté.


Depuis des mois,une campagne des vols d’argent dans les secondes résidences des dignitaires a plus de l’ampleur au point de créer des suspicions entre eux. Nombreux parmi eux sont ceux qui accusent la police et quelques militaires de la sécurité présidentielle d’en être les auteurs.

Ce qui est évident,Hugues Ngouolondélé n’a pas gagné dignement ces 110 millions de francs qu’il gardait jalousement dans les latrines et que les voleurs auraient emporté.