France: les policiers en première ligne pour faire respecter le couvre-feu

0
174





En France, après l’annonce du couvre-feu, les policiers craignent d’être mis à rude épreuve dans les semaines qui viennent pour faire respecter ces nouvelles règles. 

C’est par définition la nuit que les forces de l’ordre devront veiller au respect du couvre-feu. Pour assurer cette mission, 12 000 policiers seront mobilisés.




Grégory Joron, du syndicat Unité SGP-Police, redoute que des effectifs voient une nouvelle fois leurs horaires de travail décalés : « Vous avez bien remarqué que depuis 2015, je crois, les policiers sont à peu près sur tous les fronts malheureusement, ils sont plutôt fatigués. Ce qui est inquiètant c’est qu’on va surtout décaler beaucoup de fonctionnaires de jour pour pouvoir leur permettre d’arriver sur les heures de contrôle du couvre-feu. On commence déjà à avoir quelques plaintes dans certaines régions où on décale les collègues sans trop les prévenir où on les oblige à venir travailler jusqu’à 21h00 et plus pour pouvoir justement répondre à cette demande. »

Et les quartiers « sensibles » ?

Autre inquiétude : si dans les centres-villes ce couvre-feu pourrait faire baisser la délinquance, Fabien Vanhemelryck, du syndicat Alliance, redoute que dans certaines banlieues les règles ne soient pas appliquées, obligeant les forces de l’ordre à se mettre en danger pour les faire respecter.

« Dans les quartiers dit sensibles, où la police n’est pas toujours la bienvenue, ce sera très compliqué de faire respecter un couvre-feu. Donc évidemment le fonctionnaire de police sera confronté à la dangerosité du métier. On verra encore des images où certains quartiers seront à feu et à sang tout simplement parce qu’on aura voulu faire respecter le couvre-feu. »




Soirées clandestines

Enfin, un peu partout sur le territoire, les policiers s’apprêtent aussi à devoir guetter d’éventuelles soirées clandestines.