France :à cause de l’allocation scolaire 2020 , un congolais dort au salon depuis hier

0
1505




Versée depuis le 18 août avec une majoration supplémentaire de 100 euros cette année, l’allocation rentrée scolaire est déjà à la base des disputes entre les couples congolais de France.Les enfants qui en sont les réels bénéficiaires assistent avec amertume comment leurs parents se déchirent après que chacun ait fait ses projets dessus. Des comportements qui justifient leur démission volontaire dans leur éducation avec la conséquence directe de l’échec scolaire de 80 % des enfants congolais.




L’allocation de rentrée scolaire (ARS) de 2020 est versée aux parents d’enfants scolarisés et âgés de 6 à 18 ans, depuis hier, mardi 18 août en France métropolitaine, en Guyane, en Guadeloupe et à la Martinique. Qui a droit ? Quels sont les montants et les plafonds ?




Les parents de Mayotte et de la Réunion ont pu bénéficier de l’allocation de rentrée scolaire (ARS) le 4 août 2020. En métropole et dans les départements de la Guadeloupe, de la Guyane et de la Martinique, l’ARS est versée depuis mardi 18 août 2020, soit à plus de 5 millions d’enfants et 3 millions de familles, a confirmé le gouvernement dans un communiqué du 29 juillet. Conditions, démarches, nouveaux montants de l’ARS 2020, voici ce qu’il faut savoir sur l’allocation de rentrée scolaire 2020.




Chaque année, les parents congolais attendent ce moment pour réaliser certains de leurs rêves. Il n’est plus anodin de les voir refaire leur garde-linge ou encore financer certains projets au pays, soit encore contribuer dans leur tontine. L’avenir des enfants n’est pas toujours au centre de préoccupation de certains couples congolais qui bien plus profitent d’eux à travers toutes les subventions de l’État français.

A Argenteuil, un père de famille dort depuis hier au salon pour avoir voulu voir clair sur l’allocation rentrée scolaire versée dans le compte bancaire de son épouse. Une forte dispute s’en est suivie avec des menaces d’appel à la police. La femme tient à utiliser cet argent à ses fins.

Du côté de Poissy, un congolais ayant la garde de ses deux enfants, a vu débarquer son ex femme réclamer le partage équitable de l’allocation rentrée scolaire. Le refus de l’homme lui a valu toutes les insultes du monde devant les enfants.




Généralement à leur décès en France, les parents congolais ne lèguent rien à leurs enfants, parce que durant toute leur vie, ils profitaient d’eux au lieu de préparer leur avenir. Depuis que le foot rend certains riches, des parents préfèrent encourager leurs garçons dans ce sens que des études.

Dans les universités françaises, le nombre d’étudiants congolais nés en France est très limité face à d’autres nationalités ouest-africaines. C’est la conséquence de l’incapacité des parents à se responsabiliser. Les allocations accordées aux enfants sont systématiquement utilisées par les parents au lieu de les épargner. Après le BAC, ils ne peuvent payer l’université de l’enfant qui se voit obliger d’arrêter les études ou à faire des formations et rejoindre le marché du travail.




Quelques rares enfants congolais, néanmoins se sacrifient et travaillent pour payer leurs études universitaires face à l’incapacité de leurs parents. Parfois, l’on se demande à quoi aura servi réellement l’immigration de ces congolais en France ?