Buzoba: un tonton voleur Mbochis ramène au Congo une voiture électrique à 52.000.000 frs




Il s’agit d’une Audi e-Tron 55 Quattro / 55 Quattro vendu à 72000 euros comme prix de base pouvant arriver à 83800 euros avec options. Ce véhicule est le premier SUV 100 % électrique commercialisé par le constructeur d’Inglostadt. Abreuvé par l’argent qu’ils obtiennent à partir des détournements publics, certains dignitaires du Nord se permettent parfois des folies insensées. Un véhicule électrique dans un pays qui ne dispose presque pas des points de chargement de batterie. La folie de grandeur.




Le segment du véhicule électrique pour les particuliers a bondi de 35,5% sur le marché français en 2019 par rapport à l’exercice précédent. L’an dernier, il a rassemblé 42 764 unités contre 31 059 en 2018 (24 910 en 2017 ; 21 752 en 2016). Malgré ce nouveau pas en avant, le secteur reste confidentiel en France, sa part de marché étant passée en l’espace d’un an de 1,4% à 1,9%.




En Afrique, continent souffrant des problèmes d’électricité la vente de ce genre de véhicule ne s’est pas encore répandu en dehors de quelques expériences du groupe français Bolloré et d’autres.

Victime de l’enrichissement de dernière minute par le vol, un Congolais répondant au nom de Mathieu Oko Mbossa, voleur aux services des impôts s’est offert une Audi électrique de luxe pour frimer à Brazzaville. Pour ce faire, il a déboursé 80.000 euros ( 52.400.000 fcfa) sans remord.

Depuis que le vol est devenu leur métier favori, plusieurs ressortissants se sont offerts des luxe en totale inadéquation avec leur environnement. On retrouve des bateaux de luxe dans leurs ports privés le long de l’Alima.

Obsédé par le désir de rouler à bord d’une Audio luxueuse, le sieur voleur Mathieu Oko Mbossa a oublié que son président de la république est un menteur en matière du boulevard énergétique tant vanté et que les délestages sont le quotidien des Congolais.




Où va-t-il rechargé la batterie de son Audi électrique? La conséquence de ne s’être pas préparé à gérer la richesse et on comprend mieux pourquoi Bouya aime de lancer dans des projets bidons et coûteux qui deviennent des éléphants blancs à la fin.

Originaires d’un département où la pêche est l’activité principale, ils ont été incapables de développer et industrialiser cela, mais caressent des rêves qui les dépassent.

Ce véhicule qui se trouve semble-t-il en mer à destination du port de Pointe-Noire ira juste orner le garage du voleur Mathieu Oko Mbosa. Pour cet achat parrainé par l’un de ses neveux en France, certains évoquent une escroquerie à grande échelle et et abus de confiance profitant de la naïveté de l’acheteur.

Le neveu aurait fait acheter à l’oncle un véhicule qui ne servira à rien au Congo. Ah! les Mbochs vraiment