Faute d’argent, un congolais victime d’un accident de circulation meurt aux urgences du CHU




Encore une mort gratuite sous les yeux des médecins au CHU de Brazzaville, qui ont refusé de secourir un accidenté de la circulation, parce qu’il n’avait rien sur lui. A quoi aura servi la désignation d’un blanc comme directeur général de cette structure. Il y’ a t-il réellement des médecins au CHU ?

Conduit aux urgences du CHU-B à 19 heures le mardi 03 mars après avoir été victime d’un accident de la circulation au quartier Massengo dans la zone nord de Brazzaville, un Congolais est mort vers 02heures du matin sans même qu’il soit touché par un médecin.




Ayant su que l’accidenté n’avait le moindre sou sur lui, le responsable des urgences a intimé l’ordre au personnel médical de ne pas s’occuper de lui jusqu’à ce que sa famille ne vienne payer la facture. Un pays où tout va bien selon certains fanatiques du pouvoir dont les urgences du plus grand centre hospitalier de la capitale exige d’abord de l’argent aux patients avant de s’en occuper.

Un témoin de la scène affirme avoir compris que les médecins du CHU-B n’ont pas de cœur et font preuve d’une cruauté imaginable. Ce témoin affirme que le patient est mort devant lui, après être resté sans assistance aux urgences de 19 heures à 02 heures du matin.

 

Il y a quelques semaines avant sa garde à vue pour détournement des fonds de la mairie, le maire de Brazzaville, Christian Okemba déclarait sur les ondes de la radio nationale que la morgue municipale de la ville, située au CHU-B représentait le poumon économique de son institution.




Ce pacte signé avec le diable pour tuer les Congolais est bien appliqué par le personnel soignant du CHU-B.