Ethiopie : la deuxième turbine du GERD est en marche

0
463

Jeudi, le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a donné le coup d’envoi de la production d’électricité à partir de la deuxième turbine de son méga-barrage controversé sur le Nil Bleu, malgré les objections persistantes de l’Égypte et du Soudan concernant le projet.

M. Abiy a également confirmé qu’un troisième remplissage du Grand Ethiopian Renaissance Dam (GERD), un projet de plusieurs milliards de dollars, était en cours, un développement qui a conduit l’Égypte à protester le mois dernier auprès du Conseil de sécurité des Nations unies.

La décision de jeudi a été prise alors qu’il n’existe toujours pas d’accord entre l’Éthiopie et ses voisins en aval, l’Égypte et le Soudan, concernant les opérations du GERD.

M. Abiy a insisté sur le fait que le troisième remplissage du barrage de 4,2 milliards de dollars – qui devrait être le plus grand projet hydroélectrique d’Afrique – ne provoquait aucune pénurie d’eau pour les deux pays.

« Nous avons répété à plusieurs reprises aux pays situés en aval, notamment l’Égypte et le Soudan, qu’en produisant de l’électricité, nous développons notre économie, ainsi que (notre désir) de voir nos citoyens qui vivent dans l’obscurité voir la lumière« , a-t-il déclaré.

Il n’y a « aucun objectif de mettre de côté et de nuire » à ces pays, a-t-il ajouté.

L’Éthiopie a commencé à produire de l’électricité au barrage en février. Actuellement, les deux turbines, sur les 13 que compte le barrage, produisent 750 mégawatts d’électricité.

Le GERD devrait à terme produire plus de 5 000 mégawatts, soit plus du double de la production actuelle de l’Éthiopie.

Le mois dernier, l’Égypte a écrit au Conseil de sécurité pour exprimer ses objections au projet de l’Éthiopie de remplir le barrage pour une troisième année sans un accord tripartite. Le Caire et Khartoum craignent que cela ne menace leur accès aux eaux vitales du Nil et ont exigé un accord écrit sur le remplissage et l’exploitation du barrage.

Le processus de remplissage du vaste réservoir du GERD, d’une capacité totale de 74 milliards de mètres cubes, a commencé en 2020.

Le nouvel envoyé américain pour la Corne de l’Afrique, Mike Hammer, a évoqué le projet lors de ses visites en Éthiopie et en Égypte le mois dernier, déclarant que Washington était « activement engagé » dans le soutien des efforts visant à trouver une solution diplomatique au différend.

La structure, haute de 145 mètres, enjambe le Nil bleu dans la région de Benishangul-Gumuz, dans l’ouest de l’Éthiopie, près de la frontière avec le Soudan.

Jeudi, le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a donné le coup d’envoi de la production d’électricité à partir de la deuxième turbine de son méga-barrage controversé sur le Nil Bleu, malgré les objections persistantes de l’Égypte et du Soudan concernant le projet.

M. Abiy a également confirmé qu’un troisième remplissage du Grand Ethiopian Renaissance Dam (GERD), un projet de plusieurs milliards de dollars, était en cours, un développement qui a conduit l’Égypte à protester le mois dernier auprès du Conseil de sécurité des Nations unies.

La décision de jeudi a été prise alors qu’il n’existe toujours pas d’accord entre l’Éthiopie et ses voisins en aval, l’Égypte et le Soudan, concernant les opérations du GERD.

M. Abiy a insisté sur le fait que le troisième remplissage du barrage de 4,2 milliards de dollars – qui devrait être le plus grand projet hydroélectrique d’Afrique – ne provoquait aucune pénurie d’eau pour les deux pays.