Espagne : un Congolais reçoit 168.000 euros dans son compte par erreur et disparaît

0
6563




Il est activement recherché par la police sur recommandation de sa banque. Il lui est reproché de ne pas avoir réagi après réception par erreur de la banque, d’un virement de 168.000 euros dans son compte.





Porté disparu après avoir vidé son compte bancaire, les faits se sont déroulés en Espagne où la banque BBVA accuse son client Congolais de ne pas avoir signalé un transfert par erreur de 168000 euros et d’avoir retiré une grande partie de cet argent avant de disparaître. Selon nos confrères du site Kebanacamera.com, l’accusé a retiré pendant une semaine dans différentes agences de la banque BBVA plus de 150.000 euros et opéré différents transferts bancaires à des comptes en France.




La même source informe qu’il a pu retirer 165000 euros au total. Comme si cela ne suffisait pas, avec les 3000 euros restants, il a fait divers achats et passer des jours dans un grand hôtel avec ses amis.

Pour l’heure, l’accusé est injoignable au téléphone. C’est pourquoi, la banque a déposé une plainte à la police, qui s’est présentée à son domicile. Mais contre toute attente, ses deux amis d’origine africaine aussi, qui partageaient l’appartement avec lui, expliquent n’avoir pas eu de ses nouvelles depuis une dizaine de jours.




Le Congolais a quitté l’Espagne pour la France par train pour ne pas laisser des traces. C’est depuis Paris, qu’il s’est envolé pour son pays. Il s’agit selon ses compatriotes d’une chance qui n’arrive qu’une fois dans la vie. « On est venu ici se chercher, et le frère a trouvé sa part » commente Abdil, Ivoirien relayé du fugitif.




Ce dernier aurait bien voulu être à la place de l’accusé. Pour l’heure, c’est un délit qui mérite d’être puni selon la police. Par contre ses compatriotes attribuent cette erreur de la banque à la chance divine. « Que ma banque fasse aussi la même erreur avec moi » a prié un Malien.

Le Congolais vivait en Espagne depuis cinq ans et était au chômage comme bon nombre de ses compatriotes. Il s’était lancé dans le business de convoyeur des véhicules à destination du Maroc.