Espagne : les immigrés qui ne respectent pas le confinement vont perdre leur titre de séjour au renouvellement




Le gouvernement d’Espagne a déclaré l’état d’alerte pour contenir la propagation du coronavirus. Des mesures drastiques de confinement ont été prises bien qu’à l’heure actuelle, le pays enregistre 30.000 cas et 1720 décès. Malgré tout, nombreux sont ceux qui ne supportent pas le confinement et sortent. En dehors des contraventions allant de 600 à 60.000 euros et des peines de prison, le ministère de intérieur ne renouvellera pas les titres de séjour des étrangers surpris dans la rue sans motif apparent.




Les étrangers ont toujours tendance à abuser de l’hospitalité du pays hôte. Après la déclaration par le premier ministre espagnole Pédro Sanchez de l’état d’alerte, les ressortissants d’Amérique du Sud et d’Afrique pensent que cela ne les concerne pas et se pavanent tranquillement dans les rues.

Un comportement qui a poussé le ministère de l’intérieur espagnol à passer à la vitesse supérieure. Désormais, la verbalisation pendant l’état d’alerte sera un motif du non renouvellement d’un titre de séjour provisoire. Une mesure qui a eu pour effet direct la prise de conscience des immigrés face à cette pandémie.




L’Espagne est avec l’Italie les pays les plus touché par cette pandémie. Les hôpitaux espagnoles sont débordés et selon les experts, d’ici le 25, les services des soins intensifs seront dans l’impossibilité de recevoir de nouveaux patients.

L’armée espagnole vient d’installer un hôpital de campagne à Madrid ayant une capacité de 500 lits pour palier la saturation des structures sanitaires.