Espagne: 600 migrants franchissent la clôture frontalière de Ceuta

0
641




 

Plus de 600 migrants africains sont parvenus jeudi à entrer dans l’enclave espagnole de Ceuta au Maroc après un « assaut » de la double clôture particulièrement violent selon les autorités, lançant de la chaux vive et des excréments contre les policiers.

Ce franchissement de la frontière de Ceuta, hérissée de barbelés, est la plus importante depuis février 2017, quand plus de 850 migrants étaient parvenus à pénétrer dans la ville sous administration espagnole au nord du Maroc.

Près de 800 migrants ont tenté de passer de l’autre côté de la barrière, selon la Garde civile. Une centaine a été stoppée par la police marocaine, d’autres interceptés par les agents espagnols à la frontière et renvoyés au Maroc, et 602 ont finalement atteint le territoire espagnol.

L’incident accroit la pression sur l’Espagne, devenue la première porte d’entrée de l’immigration clandestine en Europe, dépassant l’Italie qui, en refusant d’accueillir davantage de migrants, a fermé la route qui passait par la Libye.

« Plus d’une dizaine de gardes » ont été blessés, dont quatre ont dû être hospitalisés pour des brûlures au visage et aux bras, selon la Garde civile.




La porte-parole de la Croix-Rouge à Ceuta, Isabel Brasero, a indiqué que son équipe avait soigné 30 migrants présentant des blessures et contusions, mais « aucun blessé grave ». Onze ont été conduits à l’hôpital pour des points de suture et le traitement de possibles fractures.

La clôture, haute de 6,5 mètres, reste surmontée de barbelés tranchants qui causent des blessures pouvant être mortelles, et que le nouveau gouvernement du socialiste Pedro Sanchez s’est engagé à retirer.

Sur les photographies publiées par le journal local El Faro de Ceuta, on voit de jeunes Africains qui montrent, souriant, leurs mains ensanglantées et pantalons lacérés.

Selon la Croix-Rouge, après avoir passé la clôture, les migrants se sont dirigés en courant vers le centre de rétention de l’enclave espagnole.

Deux impressionnantes clôtures d’acier et de barbelés – doublées d’un « mur » invisible de surveillance technologique – barrent l’accès aux micro-territoires espagnols de Ceuta et Melilla, enclavés dans le nord du Maroc, mais ne dissuadent pas les migrants d’essayer de les franchir coûte que coûte.

Ceuta et Melilla présentent les uniques frontières terrestres entre l’Afrique et l’Union européenne, surveillées conjointement par l’Espagne et le Maroc.

Depuis le début de l’année, les entrées clandestines en Espagne se sont surtout faites par la mer: au moins 19.586 migrants sont arrivés en Espagne en traversant la Méditerranée, selon un décompte de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) en date du 22 juillet.

Avec AFP