Enfin : trois cadres internationaux refusent d’intégrer le prochain gouvernement de Sassou

0
3507




Pour une fois, trois ressortissants du Congo Brazzaville n’ont pas été tentés de participer à la gabegie en intégrant la prochaine équipe gouvernementale. Ces trois personnes, qui ont une brillante carrière dans les organismes internationaux, auraient été approchés par le pouvoir de Brazzaville, en quête de crédibilité du FMI. No, Nada, Jamais ont été leur réponse.

Le bruit sur la formation d’un nouveau gouvernement circule à Brazzaville depuis des mois, dans un pays asphyxié par une grave crise financière. La dernière mission du FMI aurait réclamé un dialogue inclusif et un gouvernement d’union nationale, capable de gérer en toute transparence l’aide de cet organisme.




Denis Sassou Nguesso qui a déjà utilisé toutes les ressources humaines disponibles et favorables à lui, serait à la recherche des oiseaux rares, boostés de crédibilité susceptibles de prendre réellement le taureau par les cornes. Un exercice qui s’avère difficile, quand on sait l’impossibilité de travailler en toute liberté avec le clan Sassou.

Aucune personnalité n’a prouvé de quoi elle est capable avec Denis Sassou Nguesso, bien au contraire, elles sont devenues bêtes.

Des conseillers de la présidence du Congo ont été conviées de chercher à travers le monde, des congolais capables de sauver le bateau Congo du naufrage. MPD qui travaille dans une grande entreprise mondiale, basée aux USA aurait été consulté, et se serait vu proposer un poste clé au sein du prochain gouvernement. C’est poliment qu’il a décliné l’offre.

FGO, un Téké de Djambala qui excelle chez Microsoft, a lui aussi refusé de se jeter aux mains des Sassou Nguesso. Sa responsabilité chez Microsoft est plus importante qu’aller recevoir et accompagner Sassou Nguesso à Maya Maya, même quand il va dormir juste à Oyo.




STB, un brillant professeur d’économie en Australie et consultant international n’a même laisser le temps aux conseillers de Denis Sassou Nguesso de l’embrouiller. «  Le Congo est une jungle difficile même pour les animaux » aurait-il soufflé .

Sassou devrait continuer à s’entourer des idiots qu’il a formés pour tenter de réparer tous les dégâts causés au pauvre Congo.