Energie électrique : des cadres formés sur les techniques de tarification

0
310




Afin de fournir aux consommateurs congolais des tarifs justes associés à une bonne qualité de service, l’Agence de régulation du secteur de l’électricité (Arsel) et la société Energie électrique du Congo (E2C) ont organisé, le 22 juillet à Brazzaville, un atelier de formation à l’endroit des cadres et agents du secteur.

« Tarification, modélisation et facturation basse tension et moyenne tension », c’est le thème de la session de formation qui a réuni une trentaine de participants issus de diverses structures du secteur de l’électricité. Cet atelier est censé permettre aux bénéficiaires d’acquérir de nouvelles connaissances sur la tarification et modélisation.

D’après le directeur général de l’Arsel, Emile Opangault, une telle formation est nécessaire pour booster le secteur de l’électricité au Congo. « Le secteur de l’électricité traverse une zone de turbulence, traduite essentiellement par un déséquilibre financier et une insatisfaction de la clientèle. La résolution de ces problèmes passe par la formation car elle apportera des réponses adaptées », a-t-il indiqué.

En effet, au cours de leurs travaux qui durent dix jours, les participants devront échanger sur les objectifs, les résultats, les avantages de la maîtrise des principes de la tarification, les bénéfices d’une structure de prix stable, l’élaboration des formules et bien d’autres aspects se rapportant à la tarification et à la facturation.




La formation est assurée par le cabinet International brain consulting (IBC), spécialisé dans ce domaine. Pour son représentant, David Elogo Omobiono, le tarif de l’électricité revêt une triple dimension pour les pouvoirs publics, notamment politique, économique et social. La maîtrise de celui-ci par les acteurs du secteur de l’électricité est indispensable tant pour les décideurs que pour la population consommatrice. D’où l’intérêt pour tous les acteurs de se doter de compétences et d’aptitudes pointues en la matière. « Le secteur de l’électricité est un secteur porteur de développement et de croissance économique pour les pays qui se veulent émergents. À ce titre, il offre de nombreuses opportunités et surtout des défis dont le principal est de fournir aux consommateurs finaux des tarifs justes et équitables associés à une qualité de service importante », a estimé David Elogo Omobiono.

Créée en 2003, l’Arsel a pour but d’assurer la régulation, le contrôle et le suivi des activités des exploitants et des opérateurs du secteur de l’électricité au Congo. Elle  veille également à la protection des consommateurs et au respect de leurs droits en ce qui concerne le prix, la fourniture, la qualité de l’énergie électrique, et tient à promouvoir la concurrence et la participation.