El diablo Sassou Nguesso, le tsokoman qui a feinté le FMI et raté son but les poteaux vides




Le gouvernement Congolais qui a géré des budgets de 4000 milliards se retrouvent aujourd’hui dans un dilemme épouvantable. Le pays est au rouge et aucun organisme sérieux n’est disposé à lui faire des prêts pour insolvabilité. A la tête de cette écurie des gangsters incompétents et inconscients se trouve un homme au nom de Denis Sassou Nguesso, El diablo pour les Congolais ou encore le Nyongologue. Triste a été le constat de le voir sur RFI et France 24, ne pas savoir exactement le montant qu’il mendie au FMI.




La grandeur de Dieu est d’avoir crée l’homme Noir en Afrique, un territoire qui est le berceau de l’humanité. Mais, par les agissements de certains de ses fils, l’Afrique perd son poids de berceau de l’humanité en copiant les comportements venus de ceux qui ont colonisé ses peuples.

Au Congo la caricature de ce profil se repose en la personne de son président Denis Sassou Nguesso. Né Noir à Edou dans la savane de la Cuvette, il s’est efforcé à devenir métis, bien qu’étant au pouvoir. A la gestion d’une manne pétrolière pour une population de 4 millions d’habitants, Sassou n’a pu faire le minimum. Aujourd’hui, la route qui mène vers on propre village au départ de Brazzaville, est devenue un calvaire pour les usagers.

Alors que le pétrole coulait à flot, Denis Sassou Nguesso s’est jeté dans la vie à court terme et a tout dilapidé. Le Kouilou et Pointe-Noire qui lui servent de pompe à fric sont restés des zones sauvages alors que sa brousse d’Edou changeait de visage. Un égoïsme brutal adoubé d’un tribalisme bestial qui ne cesse de diviser les Congolais pour son règne.




L’effondrement des cours du pétrole a mis à nu la gestion clanique et désordonnée des fonds publics et peu à peu, on a assisté à la réduction drastique du budget. Le temps des 4000 milliards est résolu et le pouvoir s’est mis à genoux devant le FMI.

Afin de pouvoir de bénéficier du soutien du FMI, chaque pays doit présenter un dossier justifiant son état désespéré, et c’est là où la machiavélisme de Sassou s’est vu en face d’un mur rationnel constitué des agents de cet organisme.




El diablo Sassou Nguesso s’est cru Ronaldhino et le FMI la défense des équipes de la Liga.Malheureusement, il s’est retrouvé seul les poteaux vides et raté son but. La fraude a été vite découverte par la VAR qui a jugé toutes ses dribbles truquées. Pas d’argent à cause du mensonge.