Des ONG exigent des funérailles officielles pour 13 jeunes morts dans un commissariat au Congo

0
368




 

Des organisations de la société civile ont appelé le gouvernement à organiser des funérailles officielles et un deuil national en mémoire de treize jeunes morts récemment dans un commissariat à Brazzaville.

« La plateforme des organisations de la société civile demande qu’une cérémonie officielle de funérailles soit organisée dignement par le gouvernement » en mémoire des 13 jeunes retrouvés morts dans un commissariat le 23 juillet, a déclaré son porte-parole Armel Malela.

La société civile demande également au gouvernement « d’observer un deuil national en mémoire de ces jeunes sacrifiés », a-t-il poursuivi en lisant une déclaration commune.

Trois jours après le drame, le ministre congolais de l’Intérieur Raymond-Zéphirin Mboulou avait reconnu la mort de treize jeunes garçons dans le commissariat de Chacona, contredisant une précédente version du porte-parole du gouvernement.

« Une vingtaine de jeunes avaient été interpellés dont seize ont été placés en garde à vue au commissariat de Chacona (dans le quartier de Mpila). Dans la nuit du 22 au 23 juillet, treize d’entre eux y ont trouvé la mort », avait déclaré M. Mboulou en réponse à une question à l’Assemblée nationale.

Les autorités ne se sont pas prononcées aussitôt sur la demande des ONG mais M. Mboulou a reçu vendredi les familles des victimes.

« Il (le ministre Mboulou) nous a demandé d’avoir beaucoup de maîtrise, qu’on organise nos obsèques et ils (les dirigeants) vont nous accompagner pour enterrer nos morts », a rapporté Alexandre Okemba, l’oncle d’une des victimes.

« Le ministre de l’Intérieur nous a dit que les enterrements se feront de façon individuelle selon un programme arrêté par chaque famille », a-t-il ajouté.




« L’État a reconnu sa part de responsabilité (dans ce drame). Il faudrait qu’on se surpasse » maintenant, a estimé M. Okemba.

Une enquête administrative et judiciaire, impliquant l’Inspection générale de la police, a été initiée pour élucider les circonstances de la mort des treize jeunes garçons, selon les autorités.

Avec AFP