Des investisseurs ougandais en quête d’opportunités au Congo

0
457




Une délégation d’hommes d’affaires ougandais séjourne, du 28 mai au 1er juin, à Brazzaville. L’objectif de leur visite de travail est de s’informer des conditions de création d’entreprise ainsi que des avantages qu’offre la République du Congo dans ce domaine.

« Nous sommes venus voir dans quelle mesure nous pouvons investir dans l’agriculture, les petites et moyennes entreprises, les eaux et forêts, les finances. Nous souhaitons qu’il y ait une coopération fructueuse entre nos deux pays pour le bien de nos populations », a déclaré le secrétaire général du ministère ougandais des Affaires étrangères, chef de la délégation, Patrick S. Mugoya, à l’issue d’une audience avec la ministre des Petites et moyennes entreprises (PME), Yvonne Adélaïde Mougany, le 29 mai.

La présence des Oungandais au Congo s’inscrit, selon le chef de la délégation, dans la volonté des chefs d’Etat des deux pays, qui souhaitent développer leur coopération en matière de commerce et d’investissements.

En dehors des secteurs cités, les experts en aviation civile ougandais, faisant partie de cette délégation, auront des rencontres avec leurs homologues congolais. L’optique étant de développer une connectivité dans ce domaine afin de faciliter les transactions entre les deux pays.

« Nous sommes déjà en train de travailler avec le ministère congolais des Affaires étrangères afin de conclure un mémorandum d’entente dans le domaine politique et diplomatique », a souligné Patrick S. Mugoya. Un autre rendez-vous est prévu avec la Chambre de commerce de Brazzaville.

« Nous reviendrons au Congo dès que possible. Avant, nos collègues du Congo devront venir visiter notre pays pour qu’ensemble, nous voyons comment élever le niveau d’investissement entre les deux pays », a conclu le secrétaire général.




Pour sa part, la ministre des PME a fait savoir que les opportunités sont nombreuses sur tous les secteurs d’activités au Congo. « Les chefs d’Etat ont créé la zone de libre échange continentale. Ceux qui ont produit savent où vendre, ce qui veut dire que le marché ougandais devra être à notre portée. Il faudra que les hommes d’affaires congolais effectuent aussi une mission d’exploration. C’est à ces conditions que l’Afrique pourra se développer », a-t-elle déclaré.