Des hectares de plantations de chanvre appartenant à J.F Ndenguet à Obouya

0
3201




 

 

Les populations du village d’Obouya dans la Cuvette Centrale font un lien direct entre le directeur général de la police et les plantations de chanvre s’y trouvant. Jean François Ndenguet qui a pour mission de sécuriser les Congolais serait-il un dealer ?

Dans le milieu des chanvreurs et certains toxicomanes de Brazzaville,le bruit a toujours couru que le principal dealer de la ville serait Jean François Ndenguet lui-même,qui fait semblant parfois de les traquer. Le directeur général de la police entretiendrait un réseau bien structuré de trafic de drogue dans Brazzaville.

Si la cocaïne vendue par le réseau de Ndenguet proviendrait du Brésil via Luanda, le chanvre indien, de la cuvette centrale où il chef dealer possède des hectares de plantations de cette drogue.

Jean François Ndenguet a toujours été au centre de tous les coups bas de la république dans le domaine sécuritaire. Il est accusé d’entretenir le groupe des bandits appelés communément « Bébés noirs » qui sèment la désolation principalement dans les quartiers nord de la ville.




Par ailleurs,dans la zone sud,il est le patron des 12 apôtres,un groupe formés des anciens Ninjas qui ont pour mission principale de réduire au silence toutes les voix protestataires sudistes. Il gérerait aussi plusieurs écuries des braqueurs qui lui reverseraient une grande partie des sommes issues des forfaits.

A.O, un villageois d’Obouya qui a fait visiter ces plantations de chanvre à des amis venant de Brazzaville affirment être payé 100.000 fcfa le mois comme cultivateur. Chaque fois selon son témoignage,des véhicules de la police venant de Brazzaville viennent récupérer la marchandise.

A Brazzaville,dans le quartier Dragage,vieux Elombé,un grand dealer s’est affronté plusieurs fois à Ndenguet pour le leadership de la vente du chanvre. Malgré tous les motifs que la police a tenté de lui coller,Vieux Elombé n’a jamais été inquiété pour la simple raison d’être au courant de la présence des plantations de chanvre à Obouya. Un pacte de non agression et zone de répartition aurait été signé entre Ndenguet et lui.