Culture : L’Unesco entend continuer à soutenir l’École de peinture de Poto-Poto

0
421





L’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) va continuer à soutenir l’Ecole de peinture de Poto-Poto, a annoncé, le 14 octobre à Brazzaville, la directrice générale de cette institution onusienne, Mme Audrey Azoulay.




Au cours d’une visite qu’elle a effectuée dans cette école, elle a précisé que son institution va voir très concrètement comment accompagner cette structure connue partout dans le monde. «Nous sommes à un moment de crise sanitaire mondiale. Nous avons besoin des jeunes artistes pour reconstruire un futur», a-t-elle dit.

Parlant de l’insertion sur la liste représentative de la Rumba congolaise au patrimoine culturel et matériel de l’Unesco, elle a fait savoir que cette insertion sera une reconnaissance pour cette créature musicale très particulière.

«Je suis très sensible aussi du fait que cette candidature soit portée par les deux Congo. Elle pourrait aller au-delà, dans la mesure où la Rumba se trouve dans bien d’autres pays. Je souhaite que ce dossier puisse aboutir parce qu’il est très symbolique», a déclaré Mme Azoulay.

Intervenant à l’occasion de cette visite, le ministre de la Culture et des arts, M. Dieudonné Moyongo, a dit que l’arrivée de la directrice générale de l’Unesco à Brazzaville pendant la crise sanitaire liée à la pandémie du coronavirus est l’expression de la volonté de cette institution d’accompagner le Congo à relever ses nombreux défis culturels.




A ce sujet, il a notifié que le Congo est dans l’obligation de léguer à l’humanité la Rumba congolaise.  Pour y parvenir, a-t-il poursuivi, le pays compte sur la directrice générale de l’Unesco et sur le comité inter-gouvernemental de sauvegarde dudit patrimoine culturel et matériel.

Dieudonné Moyongo, remettant un cadeau à la DG de l’Unesco.

L’Ecole de peinture de Poto-Poto, qui célèbre ses 70 ans cette année, a dans son palmarès la médaille Picasso de l’Unesco et la formation de grands artistes peintres qui évoluent dans les galeries internationales, a-t-on noté.

La visite de cette école par Mme Azoulay est l’expression d’un hommage de l’Unesco à cette structure culturelle, dans l’espoir de lui restituer son envergure régionale et sa place au sein des institutions culturelles du Congo.

(ACI/Grace Dinzebi)