Covid-19 : Le gouvernement réagit enfin

0
719





La semaine dernière quand nous avons tiré la sonnette d’alarme sur le déferlement de la pandémie de la Covid-19 sur notre pays, certains esprits chagrins profanes en matière de gestion de la cité, ont crié au scandale, expliquant maladroitement tels des vuvuzelas, qu’il s’agissait d’un stratagème qui avait pour objectif le report de l’élection présidentielle.




Nous nous réjouissons que le Président Sassou Nguesso ait pris conscience de la gravité de la situation en convoquant ce mercredi 25 novembre 2020, la réunion du comité de coordination nationale de gestion de la pandémie de coronavirus et dans la foulée, un conseil des ministres, afin de prendre des décisions drastiques qui permettraient d’endiguer la pandémie.

Ayant reconnu que le taux de positivité a été multiplié par deux au cours des trois premières semaines de novembre pour l’ensemble du pays, passant par exemple 10,91 % à 12,5 % dans la partie nord de notre pays (selon les statistiques fournies par le laboratoire de l’hôpital général d’Oyo), le Président Sassou Nguesso devrait faire de la lutte contre la Covid-19, la priorité de toutes les priorités du gouvernement de M. Clément Mouamba.

Aussi, même si nous approuvons l’ensemble des recommandations édictées par le gouvernement pour freiner l’expansion de la pandémie dans les principaux foyers de contamination, nous exhortons une fois de plus ceux qui ont une parcelle de pouvoir dans la veille sanitaire et la prise de charge de la pandémie, de centupler le nombre de tests et d’isoler tous les cas déclarés positifs, au risque de voir le virus échapper au contrôle des autorités sanitaires.




Dans un pays où, la plus grande partie de la population est en difficulté financière chronique, les comportements à risques des habitudes, un système de santé défaillant, l’automédication une religion, et des gouvernants arc-boutés sur des certitudes jamais confirmées, les jours à venir ne poussent pas à un optimisme béat.

Espérons simplement que dans la phase actuelle de politisation intense où le verbiage paralysant des petits camarades devient un psaume, les impératifs patriotiques ne seront pas noyés par le ton véhément des assoiffés de pouvoir.

 

Laurent DZABA
Président du Mouvement Panafricain et Citoyen