Coronavirus: Mederic Doug Oloua, président du Muziki «  Denis Sassou doit rester » est mort à Pointe-Noire

0
3265




Apparemment le bon Dieu a entendu ses prières en le rappelant bien avant son leader Denis Sassou Nguesso. « Denis doit rester » mais, « Mederic Doug doit mourir ». C’est à l’hôpital de Loandjili que cet Atalaku du PCT a compris que son chef n’a jamais pensé à la santé des Congolais en laissant les hôpitaux dans une situation de délabrement total. A l’enfer ou au Paradis, ce jeune congolais qui a sacrifié sa vie pour Sassou saura mieux apprécié ses décisions sur terre.




« Pourquoi le système dictatorial et insouciant qu’il a tant soutenu ne lui est pas venu au secours ? ». Mederic Doug Oloualao qui dirigeait l’association politique « Denis doit rester » a tiré sa révérence à Pointe-Noire dans une salle délabrée de l’hôpital de Loandjili abandonné par le PCT à son sort. D’aucuns disent que le Coronavirus l’aurait emporté, vu qu’il était un soûlard professionnel.

Celui qui a lutté pour que Denis Sassou Nguesso viole la constitution et reste au pouvoir n’aura pas la chance de récolter les fruits de sa bataille avec sa cohorte des jeunes. Il est mort hier à l’hôpital de Loandjili abandonné par le pouvoir.

Au Congo, des jeunes jadis intellectuels sont devenus subitement des lèches bottes des Ewawas incompétents qui sacrifient leur avenir. Pour des miettes, ils trahissent leur intelligence et s’activent pour que le système ne change pas.




Mederic Doug Ouloualao, un jeune soûlard de Pointe-Noire, conscient de ses limites intellectuelles s’est lancé dans la voie facile de la politique. Il pilotait l’association « Denis doit rester » ayant pour but de cautionner toutes les violations constitutionnelles pour la continuité du chef de l’État actuel au pouvoir.

Dieu est tellement bon que celui qui rêvait de la continuité de Sassou, est mort avant lui, à sa fleur d’âge, à cause de la défaillance des hôpitaux de Sassou Nguesso. Ce jeune traitait Jean Marie Michel Mokoko d’aventurier et Sassou de Dieu. Il avait juste oublié qu’il suivait des personnes n’incarnant aucune valeur d’humanisme. Que le chemin de l’avenir le reçoive où il est parti.