Coronavirus : Lydie Mikolo invente les cas pour atteindre 1500 et bénéficier des millions de l’OMS




Le secrétaire général adjoint de l’ONU aux affaires humanitaires , Mark Lowcock avait débloqué début mars la somme de 15 millions de dollars afin de venir en aide aux pays vulnérables dans la lutte contre la pandémie. Une décision qui a donné des idées boulimiques aux dictatures africaines qui se sont empressées de gonfler le nombre des cas de malade. Au Congo, la ministre de la santé en connivence avec son équipe de riposte sont à fond de cette conspiration. Le but est d’atteindre aussi vite que possible le nombre de 1500 cas déclarés par tout les moyens.




La grande bourde a été le cas de Chloé Bafouidissoni, morte en état de gestation à la clinique Leyono et déclarée porteuse du Covid-19, avant que la pression de sa famille n’en rétablisse la vérité.

La victime admise à l’hôpital spécialisé Mère et enfant Blanche Gomez, aurait présenté des symptômes de la Covid- 19. D’où l’équipe traitante l’aurait l’orienté à la clinique Leyeno où sont actuellement prises en charge les malades du coronavirus. La patiente aurait été confiée au  docteur Régis Ondzé. Selon  le rapport établi par le médecin, la jeune femme  à terme aurait succombé des suites d’un arrêt cardiorespiratoire.




Dans son rapport, le docteur Régis Ondzé explique qu’il tenait cette information du décès et c’est  le médecin de garde de Leyono qui l’a annoncé le décès à 5 heures, au matin du 29 mai pour lui annoncer le décès de Chloé Bafouidissoni dans un contexte d’arrêt cardiorespiratoire. Une négligence qui serait due au non respect des engagements de l’équipe de Blanche Gomes de gynéco-obstétrique auprès de laquelle elle devrait subir une césarienne.

Selon le docteur Régis Ondzé, le médecin de garde de l’hôpital spécialisé mère et enfant Blanche Gomes lui aurait informé que la victime alors  âgée de  29 ans présentait une dyspnée aiguë sur un   diagnostic de covid-19 suspect, nécessitant à tout prix un transfert.




Après compromis entre les médecins de Blanche Gomes, ces derniers auraient jugé mieux de transférer la dame à Leyono pour un suivi meilleur après un prélèvement oropharyngé . Elle devrait ainsi y rester pour  une césarienne. Le comble c’est que  ladite malade  n’a pas été accompagnée du personnel  soignant. Elle est arrivée à Léyono sans gynécologue pour faire la césarienne.

Dans l’incompréhension qui habite actuellement les médecins des deux centres de santé, parlant de ce médecin de Blanche Gomes, le docteur Régis Ondzé  s’est exclamé : « Chose étonnante, il nous avoue qu’il n’était pas de garde à Blanche Gomes, il était au CHUB. Il ne servait  d’intermédiaire entre Leyono et Blanche Gomes ».




Les crédits débloqués par l’ONU ont été versés à l’OMS et au Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF). Ils serviront à financer des activités essentielles comme l’analyse continue de la propagation du virus, les enquêtes sur les cas et le travail des laboratoires nationaux.

Les gouvernements des pays bananiers d’Afrique ont sauté sur l’occasion pour assouvir leur soif de détournement et se sont mis à inventer des cas de malades déclarés. Le Congo en fait partie.