Coronavirus :le 28 avril les Libanais fuient le Congo en prévision du danger qui arrive

0
2065




Dans une correspondance datée du 25 avril, le ministère de la défense autorise le survol et atterrissage d’un aéronef d’État étranger appartenant à MIDDLE EAST AIRLINES SAL dans le but de rapatrier les ressortissants Libanais du Congo. Après le départ des Français et Américains, ce sont les Libanais qui décident de quitter le Congo de peur des événements qui s’annoncent.




Nous connaissons les Libanais installés en Afrique. Ils sont pour la plus part plus africains que les Africains. Installés en Afrique pour faire du commerce, faire de l’argent, les Libanais parlent très souvent nos langues locales. .Le Lingala , le Kituba et autres. Même dans les pires moments de tension ou de guerres, rares sont ceux qui acceptent de quitter le pays.

Si les Libanais installés ici , dans ce pays, depuis des années,décident de quitter massivement notre pays, c’est que la crise est grave. Connaissant les plus puissants d’entre eux dans ce pays, ayant aussi leurs entrées dans les hautes sphères libanaises, au Liban, cette évacuation , c’est eux qui l’ont demandé auprès des autorités libanaises et ils ont vraiment insisté pour que leur gouvernement mette à disposition un avion pour les évacuer. La crise économique que traverse le pays, doublée de la crise sanitaire du covid19….et compte tenu du manque flagrant des structures hospitalières dans ce pays, ils ont estimé qu’il valait mieux pour eux de quitter ce pays pour avoir la vie sauve parce que c’est devenu invivable. La situation est catastrophique.




On connaît la ténacité, l’endurance des Libanais quand il s’agit des affaires, alors s’ils décident de tout quitter…c’est que la situation est très très grave, contrairement au semblant de calme dans notre pays. Un ami Libanais aurait dit ceci : « écoute mon ami P….., je vais partir parce que ce n’est plus possible de vivre dans ce pays. Il n’est plus bon pour faire les affaires et sur le plan sanitaire ou éducationnel, ce n’est plus le pays que j’ai connu et aimé. On a gaspillé ce pays.

La communauté Libanaise, qui a le mérite de toujours être en première ligne à chaque fois que notre pays est à l’agonie, et aujourd’hui numéro un des communautés étrangères basées au Congo en terme de contribution au fonds Covid-19 mis en place par le gouvernement, ne mérite pas ce minable traitement.

A titre d’information, depuis la fermeture des frontières, Air France a déjà atterri huit (8) fois sur le sol congolais. Il est donc logique que l’état Libanais puisse répondre positivement à la requête de 120 de ses ressortissants présents sur le sol congolais, désireux de rejoindre la terre de leurs ancêtres.




Au lieu de se plaindre du fait que certains états étrangers procèdent au rapatriement de leurs ressortissants bloqués à l’étranger, les congolais devraient plutôt demander au gouvernement de M. Clément Mouamba de faire le nécessaire pour rapatrier les congolais en souffrance en Chine et partout ailleurs dans le monde.

Après les coups de feu sur l’appareil d’Air France, ce comportement disproportionné vis-à-vis de la communauté Libanaise est malsain et lâche.

Nous aurions aimé que toutes ces personnes qui demeurent léthargiques devant un gouvernement désorienté, désorganisé et incapable d’offrir des cacahouètes à son peuple affamé en période de confinement, observe la même indulgence à l’égard de ceux qui ont peur de rester une journée de plus dans un pays qui n’a que 20 lits de réanimation et 10 respirateurs.




Plutôt que de jeter des pierres sur les étrangers qui permettent au personnel médical congolais et à certains de nos compatriotes de pouvoir se procurer gratuitement des masques et solutions hydro alcoolique, le peuple congolais devrait s’indigner des carences du gouvernement de M. Clément Mouamba et de la passivité observée au sommet de l’état.