Coronavirus: 87 cas déclarés parmi les travailleurs de la SNPC à Pointe-Noire





87 cas de Covid-19 confirmés sur le site de la SNPC de Kundji dans la sous préfecture de Tchamba-Nzassi. Le personnel concerné a été mis en quarantaine à l’hôtel Elaïs de Pointe-Noire. Le reste du personnel a été placé en confinement à l’hôtel Palm Beach.

Le DG de la SNPC, couroucé, estime que les tests sont faux et cri à la manipulation. Il a demandé que les tests soient refaits.Plusieurs sources soutiennent que les tests reçus sous forme de don comme il en est de coutume au Congo sont défectueux et ne donnent des résultats peu crédibles. C’est sous cette couverture que veulent se réfugier les dirigeants de la SNPC.




Malgré les appels au calme lancés par ses patrons, il refuse de se taire. Il aurait voulu que ces chiffres furent ceux des majors comme TEPC ou ENI. Plusieurs cas ont été signalés ces dernières semaines dans les plateformes pétrolières en haute mer comme à terre.

Les sociétés italiennes et françaises Eni et Total ont longtemps caché leurs cas avant que la réalité ne les rattrape. Des cadres Congolais de ces sociétés ont payé de leurs vies, alors que les blancs ont été évacués vers l’Europe par le vol Air France du 17 avril dernier.




La chaîne de responsabilité va de la direction aux travailleurs bien que personne n’ose l’assumer. Déjà en mars, quelques employés congolais dénonçaient leurs collègues blancs infectés qui se cachaient après leur retour d’Europe. »Fausse accusation » répliquait la direction.

Les tests ont détecté 87 cas à la SNPC et la direction crie au complot sans penser réellement à la santé d’autres travailleurs susceptibles d’être contaminés. Il serait prudent de mettre en quarantaine les 87 cas et procéder à la contre analyse.