Congo/Presse : Nette augmentation de 1% des femmes dans les médias

0
423




L’audience de la gente féminine dans les médias est passé de 4 à 5% entre 2015 et 2020 en République du Congo, soit une augmentation de 1%, souligne le rapport de la 5ème édition du projet mondial de monitorage des médias (Gmmp), évaluant la place occupée par la femme dans la presse.




Ce monitoring a été organisé récemment sur le thème «Femmes, occupez les médias», par l’Association mondiale de la communication chrétienne (Wacc), en partenariat avec le Consortium d’associations et d’Ongs des médias, avec à la tête la Fédération syndicale des travailleurs de la communication (Fesytrac).

A cette occasion, 14 moniteurs, dont huit femmes, ont scruté les médias publics et privés afin de rechercher, entre autres, si le reportage est fait ou l’article est traité par une personne de sexe féminin, si le reporter met clairement en question les stéréotypes du genre et s’il met manifestement en évidence les problèmes d’égalité ou d’inégalité de l’homme et la femme.

 A côté de cela, les étudiants et les professionnels des médias publics et privés ont échangé, pendant 8 heures, sur la portée du reportage, son emplacement, les personnes évoquées dans le reportage et sur la photographie pour ce qui est des articles de presse.

Pour le Congo, si cette année le taux de visibilité des femmes dans les médias a connu une nette amélioration surtout dans les organes audiovisuels, le nombre de moniteur a doublé, passant de sept à 14, a déclaré le secrétaire général de la Fesytrac, M. Edouard Adzotsa.




Le Gmmp est une initiative volontaire et bénévole  de la Wacc basée à Toronto, au Canada auquelle participe 130 pays. Cette Ong internationale organise depuis 2000 le Gmmp, dans le but de promouvoir le genre et l’égalité genre dans les sociétés, à la lumière du point J de la déclaration et du Plan d’actions sur les droits des femmes dans le monde, adopté en septembre 1995 à Beijing en Chine, a-t-on appris.

(ACI)