Congo : le couvre-feu pourrait être levé après la présidentielle de 2021

0
1318




C’est la rumeur qui court dans le cercle du pouvoir à Brazzaville. Face aux dissertions internes, le pouvoir avait décidé de décréter sur l’ensemble du territoire national un couvre-feu, profitant du la pandémie du Coronavirus, pour mieux contrôler les éventuels putschistes. Deux cargaisons de munitions et armes de guerre disparues au port de Pointe-Noire restent encore introuvables. « Il est plus que certain que le couvre-feu restera en vigueur jusqu’à la présidentielle de mars 2021 » soutiennent plusieurs mouvanciers.




Pour Denis Sassou Nguesso, le pouvoir est sa vie, et, rien n’est au monde ne peut bousculer son rêve de le léguer quand bon lui semblerait à celui qui lui sera soumis. L’homme qui n’a pas hésité à marcher sur les cadavres des congolais pour reconquérir son pouvoir a vite instauré une monarchie où son ethnie s’est accaparée de tous les postes clés du pays.

Alimentant le tribalisme pour mieux régner, Sassou Nguesso se sert de l’armée et de la terreur pour faire taire les voix discordantes. Mais, dans sa volonté de passer la main à son fils Kiki, il est confronté à une rude opposition des ceux qui ont réellement fait la guerre pour récupérer le pouvoir.




Avant que la pandémie du Coronavirus ne vienne modifier la marche du monde, Denis Sassou Nguesso s’apprêtait à faire un nettoyage violent autour de lui. Des informations persistantes sur une aille du clan ayant des visées putschistes ont crée un climat malsain au sein du pouvoir. On a vu et entendu tous, les propos de Jean Dominique Okemba devant les notables Mbochis à Oyo.

En décidant d’un confinement de la population à l’apparition des premiers cas positifs au Congo, Sassou Nguesso a imposé aussi un couvre-feu strict au cas où les putschistes profitaient pour passer à l’action.




Bien que ce couvre-feu n’a eu aucun effet sur la situation épidémiologique, et a plutôt appauvri davantage les congolais, le gouvernement a décidé de son prolongement, avec un bonus du reste du pays qui n’en souffrait plus. Tant que la destination des armes disparues au port de Pointe-Noire ne sera pas connue, le couvre-feu ne se sera pas levé.

Au début 2021, les Congolais vont élire un nouveau chef de l’État parmi lesquels Denis Sassou Nguesso. Jusqu’à ce que cette élection ne se tienne et ne confirme la réélection de Sassou Nguesso, le couvre- feu reste en vigueur.