Congo : 7 sénateurs sur 10 dorment pendant les séances

0
802




Composé essentiellement des Ewawa en attente de la mort, le sénat du Congo Brazzaville est devenu leur endroit idéal de repos. Selon un rapport interne, 7 sur 10 sénateurs font tranquillement dodo lors des séances, et 6 sur 10 ne prennent jamais la parole.

A peine son président Pierre Ngolo s’est installé que le sommeil a emporté la majorité des sénateurs. C’est le spectacle qu’offre à chaque séance le sénat congolais. Devenu un lieu de villégiature des retraités, le sénat qui est du reste improductif confirme chaque jour son inutilité.

Jamais, on y a assisté à des débats contradictoires ou des propositions des lois en faveur des populations. Les seuls débats houleux et contradictoires tournent toujours autour des émoluments ou avantages sociaux des sénateurs. La sagesse a fait place à l’avarice des vieux, pourtant proches de la mort.




Le Sénat représente les collectivités territoriales; il compte 72 membres élus pour 6 ans au scrutin indirect par les conseillers des collectivités locales à raison de six sénateurs pour chacun des douze départements du Congo.

Chaque sénateur devrait logiquement défendre son département par des propositions de lois. Mais, au Congo, un sénateur défend d’abord ses propres intérêts et ceux de son parti ensuite. Aucun d’eux ne traîne un bilan positif.

Le dodo sénatorial est devenu le quotidien des séances au point où parfois son président Pierre Ngolo est obligé le rebelle en les réveillant. Outre le poids de l’âge, ajouté à la maladie, il semblerait que les paroles du bureau soient berceuses.




Le bureau du sénat peut même décider d’un coup d’état sans que les sénateurs ne s’en rendent compte.