Commerce : l’utilisation des bouteilles plastiques inquiète les consommateurs

0
652




Depuis l’interdiction des sachets par le gouvernement, les vendeurs d’eau, de bissap, de tangawis et du yaourt à Brazzaville, font usage des bouteilles en plastique déjà utilisées, pour effectuer leur commerce. Une pratique peu hygiénique qui inquiète les consommateurs.

Les bouteilles à usage non convenable proviennent généralement des lieux de manifestations, des boutiques, des hôtels, des hôpitaux, d’autres même des poubelles et caniveaux… A cet effet,  les consommateurs sont exposés à un risque de contamination à plusieurs bactéries.

Pour s’en procurer, les commerçants utilisent des enfants qui sillonnent les ruelles, avenues et marchés pour les ramasser moyennant un prix.




Dans les arrêts de bus et les marchés, les vendeurs d’eau utilisent la même bouteille pour servir plusieurs personnes. Il suffit juste de rincer la bouteille avec de l’eau pour servir un autre client, ce qui n’est pas hygiénique.

« Nous sommes exposés à beaucoup de maladies à cause de ces pratiques. Ceux qui nous vendent ces produits ne connaissent pas les règles d’hygiène. Ils viennent juste avec dix bouteilles et s’en servent toute la journée », a déploré Patrick, un passant abordé sur ce sujet.

« De peur d’être contaminé par des bactéries, j’évite souvent de coller ma bouche à ces bouteilles. Les autorités devront interdire ces pratiques », a-t-il poursuivi.

Les bouteilles plastiques réutilisées contiennent de nombreux microbes qui nuisent à la santé. Pour des raisons de sécurité et de prévention, il serait donc nécessaire que le service d’hygiène contrôle la manière avec laquelle les commerçants les entretiennent. Car l’utilisation peu commode de ces bouteilles pourrait être un vecteur de contamination de différentes formes d’infection et des maladies.