Comment les partisans du pouvoir ont célébré avec faste l’accord avec le FMI ( Féti na féti)

0
1019




« Mais, est-que mes parents mbochis là sont-ils bien dans leurs têtes ? » s’est demandé un cadre d’Oyo attristé par les célébrations de la dette dans le milieu du pouvoir. Généralement, toute personne sort angoissée chez un bailleur de fonds après avoir obtenu un prêt qu’elle devrait rembourser sous les conditions imposées. Mais, dans le cercle du pouvoir, c’est autre chose.

Une fois l’accord avec le FMI connu, on a d’abord assisté sur les réseaux sociaux comment les jeunes du pouvoir ont étalé leur joie propre à une qualification des Diables Rouges à la coupe du monde.

Des jeunes qui célèbrent comment leur avenir a été hypothéqué ! Invraisemblable dans un pays sérieux. Certains d’entre eux, ont accompagné cet prêt minable du FMI des images de Denis Sassou Nguesso, considéré comme celui qui a fait plier la main du FMI.

Denis Sassou Nguesso, est celui qui a conduit le pays dans cet état de pauvreté absolu en dilapidant plus de 14.000 milliards des fonds de générations futures. Un homme qui a été incapable de donner ne fut ce que de l’eau potable de façon permanente au centre -ville de Brazzaville est adulé par ces jeunes dont l’avenir est obscure.




L’entourage proche du chef de l’État, a organisé chacun à sa manière la fête. Ceux qui ont le plus festoyé ont été les profiteurs du régime. Champagne par ci, cris de victoire par là.

Les proches du premier ministre Clément Mouamba, pourtant économiste se sont échangés des messages soutenant avoir gagné. «  Le boss est fort, le FMI a cédé ! » pouvait-on entendre.

Des célébrations qui vont se diluer et se retourner contre ces personnes dans les mois à venir à cause de l’entêtement du pouvoir dans la mauvaise gouvernance. Quémander et obtenir un prêt pour après aller faire la fête dans une discothèque n’augure rien de bon.




Tout ce beau monde a presque oublié qu’il y a moins de 10 ans, le Congo s’est vu accorder le statut de PPTE et sa dette effacée. Et au lieu d’avancer, ce pays a commis les mêmes erreurs, aujourd’hui célébrées par certains inconscients qui en réalité manquent tout simplement de patriotisme.