Comment la DGST utilisent les jeunes de Brazzaville pour « vendre » d’autres

0
3707




A Brazzaville, plusieurs jeunes ont été pêchés volontairement par les services secrets pour surveiller d’autres qui auraient des idées séditieuses contre le pouvoir. Des fiches tendancieuses pleuvent chaque jour à la DGST et des jeunes se retrouvent dans les geôles.

Sur les réseaux sociaux, des images de certains leaders africains montrent comment l’ennemi n’est jamais loin. Celles de Thomas Sankara et Blaise Compaoré, Mobutu et Lumumba, Sassou Nguesso et Marien Ngouabi. Cette réalité se fait vivante à Brazzaville où des amis pour des miettes de la DGST se livrent.

La crise que vit le Congo actuellement est devenue une arme pour les services secrets qui en profitent pour capter certains jeunes comme indics.Des jeunes qui en profitent aussi le plus souvent de façon malintentionnée.




Dans leur lutte quotidienne de prouver qu’ils sont actifs dans l’établissement des fiches, ces jeunes s’inventent des histoires contre leurs amis qui disparaissent discrètement et se retrouvent dans les geôles des services secrets.

F Mbongo, S Ngami, M Ngolali et tant d’autres jeunes des quartiers Nord ont disparu un jour avant de réapparaître deux semaines plus tard. On s’est rendu compte que les fiches faites contre eux étaient fantaisistes. Entre temps, ils ont subi des sévices au sous sol de la DGST.

Depuis leur retour, ils ont dénoncé leurs amis devenus indisc et chacun tente au maximum d’avoir peu d’amis. « On ne sait plus qui est qui ici à Brazzaville, même de son ombre, on se méfie » affirme Ngassaki, un jeune de Talangai.




Avec la crise, les langues se sont même déliées dans les quartiers Nord et le pouvoir n’entend pas voir cela se généraliser, d’où la neutralisation des supposés « têtus ».

« Désormais, si un ami vous insiste un débat sur la politique, évitez-le. Il cherche à vous tirer de la langue pour vous faire des fiches » soutient Ewing de Nkombo. Le même qui affirme que ces « vendeurs » sont parfois aussi devenus des homosexuels qui satisfassent certains cadres de la DGST.