Catalogne: une foule immense appelle à la libération des dirigeants séparatistes

0
638




 

En Catalogne, les puissantes organisations indépendantistes Association nationale catalane et Omnium Cultural ont appelé ce samedi après-midi à une nouvelle grande manifestation à Barcelone. Objectif : demander la libération des huit membres du gouvernement destitué et des leaders indépendantistes Jordi Sanchez et Jordi Cuixart.

Ils étaient 750 000 selon la police municipale à défiler dans les rues de Barcelone samedi après-midi pour appeler à la libération des dirigeants indépendantistes. La foule était si nombreuse que le tronçon prévu par les organisateurs de la manifestation s’est avéré trop court. La police a donc dû interdire à la circulation d’autres avenues sur plusieurs kilomètres à la ronde.

Lorsque la manifestation a commencé, cette foule qui s’étendait à perte de vue, brandissant son téléphone portable, ressemblait à un ciel étoilé. Un orchestre de 24 violoncelles les accompagnait sur l’air du Chant des oiseaux, un morceau traditionnel catalan symbole de paix.




Le rassemblement a été ensuite été marqué par une autre tradition catalane, celle des «  castells  », ces pyramides humaines formées par des équipes de volontaires venues de différentes parties de la Catalogne.

Ce n’est qu’ensuite que les participants se sont mis en marche, aux cris de « Puigdemont président », « vive la République catalane », « les rues seront toujours à nous », « liberté aux prisonniers politiques ». Ceux-là se trouvent au coeur de la manifestation grâce à leurs amis et leurs familles qui ont ouvert la marche, avant de lire à l’estrade des messages que les détenus leur ont transmis.

L’ancien président de la Generalitat Carles Puigdemont a lui aussi participé virtuellement à cette manifestation. Dans une vidéo, il a appelé à poursuivre la lutte pacifique. Les vice-présidents d’Omnium Cultural et de l’Association nationale catalane ont ensuite prononcé des discours, alors que dans la foule, les manifestants écoutaient religieusement la radio afin d’entendre en direct les différentes interventions.

On porte atteinte à de nombreux droits fondamentaux ici comme le droit à la liberté d’expression, le droit de décider, le droit à l’autodétermination. Et nous sommes ici pour défendre ce que souhaite le peuple, c’est-à-dire pouvoir voter et pouvoir décider son futur.