Brussels Airlines obligée de réduire ses fréquences de vol vers Kinshasa

0
154




 

 

La compagnie d’aviation belge regrette que ses passagers soient victimes de la mesure prise par les autorités congolaises de l’aviation civile et promet de leur trouver une solution.

  Dans un courrier du directeur de l’aviation civile, Jean Tshiumba Mpunga, adressé à la représentante de Brussels Airlines,  il est exigé à cette compagnie de réduire ses vols hebdomadaires à destination de Kinshasa de sept à quatre, à partir du 5 février. Selon AFP, cette décision est motivée par l’absence « de réciprocité dans l’exploitation des services aériens internationaux entre la République démocratique du Congo (RDC) et le royaume de Belgique. La compagnie d’aviation regrette que ses passagers soient victimes de cette mesure et promet de leur trouver une solution.

La compagnie belge desservait Kinshasa chaque jour, de lundi à dimanche, privilégiant des voyageurs en provenance de cette ville. Elle était la seule à assurer des vols directs entre Kinshasa et Bruxelles. Le changement de son programme de vols devrait avoir une conséquence financière certaine pour elle et sur les agendas et les habitudes des voyageurs.

Il s’agit de la deuxième grande décision des autorités congolaises touchant aux intérêts belges en RDC depuis le début de cette année. La première avait concerné la fermeture de la Maison Schengen de Kinshasa qui jouait un rôle important dans l’octroi des visas pour l’espace Schengen et la fin des activités d’Enabel, l’agence belge de développement.

Cette montée de la tension entre les deux pays fait suite à la décision de la Belgique de revoir son aide financière à la RDC, dans le domaine humanitaire à la suite de la situation politique qui prévaut dans ce pays. Bruxelles compte développer la coopération directe avec les organisations locales de développement en lieu et place du gouvernement congolais, en attendant l’organisation des élections.

Aussi, les autorités belges n’ont jamais cessé de condamner la répression contre les marches du 31 décembre 2017 et du 21 janvier dernier, appelant le gouvernement congolais à respecter l’accord de la Saint-Sylvestre.



LEAVE A REPLY