Brésil : émoi après le meurtre d’une élue noire

0
634




 

 

L’assassinat de Marielle Franco, élue noire, a entraîné un choc au Brésil. Elle était une figure de la lutte contre le racisme.

Les Brésiliens sont sous le choc et n’ont pas hésité à manifester leur tristesse et leur indignation dans les rues après le meurtre de Marielle Franco.

La conseillère municipale de Rio (Parti socialisme et liberté), a été tuée mercredi soir en plein centre-ville alors qu’elle revenait d’un rassemblement pour la promotion des femmes noires.

Son chauffeur a également succombé aux balles des tueurs. Seul son assistante a survécu à l’attaque.

Les Brésiliens sont sous le choc et n'ont pas hésité à manifester leur tristesse et leur indignation dans les rues après le meurtre de Marielle Franco.Copyright de l’imageGETTY IMAGES
Image captionLes Brésiliens sont sous le choc et n’ont pas hésité à manifester leur tristesse et leur indignation dans les rues après le meurtre de Marielle Franco.

Un « attentat à la démocratie« 

Selon les premiers éléments de l’enquête, les tirs sont partis d’une autre voiture.

Le président Michel Temer a qualifié le meurtre « d’inadmissible », évoquant un « attentat à la démocratie et à l’État de droit ».

Le gouvernement brésilien a annoncé que la police fédérale aiderait les autorités de Rio dans l’enquête.

Lors des élections municipales de 2016, Marielle Franco était arrivée au cinquième rang des conseillers ayant obtenu le plus de voix.Copyright de l’imageGETTY IMAGES
Image captionLors des élections municipales de 2016, Marielle Franco était arrivée au cinquième rang des conseillers ayant obtenu le plus de voix.

Qui était Marielle Franco ?

Femme très engagée, elle était connue pour son combat contre le racisme et les violences policières.

Celle qui avait grandi dans la favela de Maré, l’une des plus violentes de Rio, avait dénoncé ces dernières semaines la violence policière dans les quartiers populaires, où les autorités mènent une lutte sans merci contre le trafic de drogue.

Elle avait été récemment désignée rapporteure d’une commission du Conseil municipal afin de surveiller d’éventuels abus des militaires.

Lors des élections municipales de 2016, Marielle Franco était arrivée au cinquième rang des conseillers ayant obtenu le plus de voix.