Brazzaville: la session criminelle s’ouvre ce lundi 6 juillet

0
486




Prélude à l’ouverture solennelle des audiences publiques ce lundi, le ministre de la Justice, des Droits humains et de la Promotion des peuples autochtones, Aimé ange Wilfrid Bininga, a effectué, le 3 juillet, une descente à la Cour d’appel de Brazzaville où il a donné quelques orientations aux magistrats.





Au parquet, le garde des sceaux s’y est rendu pour constater que la Cour d’appel est prête pour démarrer les audiences publiques dès ce lundi. Le premier président de la Cour suprême, Henri Bouka, qui l’a reçu, a rassuré le ministre de la Justice qu’au plan pratique tout était au point pour que la première session criminelle 2020 se tienne comme prevu. Acet effet, Aimé ange Wilfrid Bininga  a invité les magistrats à accomplir leur mission avec professionnalisme conformément à la loi. « Nous félicitons les magistrats qui, malgré ces moments difficiles, ont fait évoluer les dossiers pour que cette session criminelle se tienne. Vous devez juger les affaires en temps réel et selon les procédures édictées par la loi, car la population nous attend au tournant », a-t-il  indiqué.Le ministre de la Justice a voulu aussi se faire une idée à propos des dispositions pratiques prises, pour éviter que cette période des audiences publiques soient une occasion de propagation à grande échelle du coronavirus (Covid-19).




Il y est sorti satisfait, après avoir constaté qu’à l’entrée des salles d’audience, il y est installé des seaux hygiéniques qui permettront à tous de laver leurs mains. De même, une équipe de techniciens du ministère de la Santé est mobilisée pour prélever régulièrement la température de chacun des participants à l’aide des thermoflashs.

« Etant en pleine crise sanitaire, toutes les salles d’audiences ont été désinfectées pour prévenir la propagation de la pandémie lors des audiences », a indiqué Henri Bouka.

Rappelons qu’à l’ouverture de la session ce lundi, quelques affaires sont au programme, dont la plus attendue est celle impliquant l’ancien président du Conseil départemental et municipal, maire de Brazzaville, Christian Roger Okemba et ses co-accusés, inculpés de détournement présumé de 1,250 milliard Fcfa et de prise illégale d’intérêt.