Blanchard Oba récuse Tsaty Mabiala comme chef de l’opposition

0
835


 

Le président du Mouvement pour la solidarité et la démocratie (MSD,  également vice-président de la Fédération de l’opposition, René Serge Blanchard Oba, a confié à VOX que la désignation de Pacal Tsaty Mabiala comme chef de file de l’opposition ne les engageait pas.

« Il est invraisemblable que le gouvernement décide de prendre une note, car il a tous les moyens de le faire, pour nommer un responsable de l’opposition. Il est vrai qu’ils ont trouvé une astuce intellectuelle pour dire que c’est le chef de l’opposition parlementaire, d’autres disent que c’est le chef de l’opposition constitutionnelle, tout cela ne nous concerne pas. Le gouvernement fait son affaire et nous aussi nous faisons ce qui nous concerne », a fait savoir Réné Serge Blanchard Oba.

Pour lui, Tsaty Mabiala est un ami de longue date, mais en tant que chef de fil de l’opposition, il refuse de le reconnaître comme tel. « A la Fédération de l’opposition congolaise, on ne le reconnait pas. Que peut-on discuter avec lui s’il arrivait qu’il nous appelle ? Nous avons combattu cette constitution et toutes les manœuvres qui se font », a-indiqué René Serge Blanchard Oba.


Toutefois, René Serge Blanchard Oba a refusé qu’il y ait des contradictions au sein de l’opposition. « Il y a l’opposition parlementaire et extra parlementaire. Nous sommes une opposition extra parlementaire. Pas d’amalgame donc avec ceux qui ont choisi travailler avec le gouvernement actuel, qui ont reconnu le holdup électoral, ceux qui ont reconnu la constitution que nous avons tous décriée. On ne peut pas avoir les mêmes problèmes. Nous sommes du groupe de ceux qui n’ont pas reconnu la constitution, qui ne sont pas allés aux élections, qui reconnaissent qu’il y a des prisonniers politiques issus des événements que nous avons connus, le référendum et le holdup électoral », a-t-il précisé.

« Notre problème est d’interpeller tout le monde, surtout le gouvernement, pour qu’il crée les conditions pour parler et dialoguer avec toutes les forces de la nation. Nous sommes un garde-fou pour éviter les abus de ceux qui gèrent, ceux qui gouvernent. Nous sommes ceux-là qui crient gare quand le gouvernement prend une pente dangereuse. Nous ne sommes pas un diable pour le gouvernement », a conclu René Serge Blanchard Oba.

Reçu par le président de la République, Pascal Tsaty Mabilala a indiqué qu’il n’a pas été nommé par le gouvernement. Le gouvernement, selon lui, a appliqué une disposition de la constitution qui stipule que le chef du parti qui, à l’issu des législatives, obtient le plus grands nombre des députés après le parti présidentiel, devient le chef de l’opposition. « Si j’étais nommé, je n’allais pas accepter », avait-il dit.