Avis aux braqueurs : le policer escroc 365 vient de toucher le likelemba d’1.300.000 fcfa

0
947




C’est le résultat de la tontine dont les policiers routiers sont membres avec les contributions provenant essentiellement du racket des automobilistes. Le policier numéro 365 bien connu des chauffeurs de la ville de Brazzaville pour ses exigences lors des contrôles est l’heureux gagnant en cette période de pandémie du coronavirus. Les braqueurs et bébés noirs qui pilulent dans la ville ont là une victime en or.




L’agent numéro 365 de la police nationale congolaise, affectée à la régulation du trafic routier vient de toucher la tontine du groupe des policiers routiers qui terrorisent les chauffeurs de la ville de Brazzaville. La somme qui lui a été remise par le « papa likelemba » du reste capitaine aussi de la police est d’un montant d’1.300.000 fcfa.

Chaque jour, ces agents de l’ordre occasionnent le désordre dans la circulation avec pour seul objectif rançonner les automobilistes.En sortant de leurs maisons respectives, chaque policier escroc se fixe comme objectif gagner 20000 frs sur le dos de leurs victimes favorites que sont les chauffeurs de bus et taxi.




Une mafia bien organisée et soutenue par la hiérarchie de la police qui préfère fermer les yeux, sachant qu’elle même mange ailleurs et plus gros. Le policier 365, il y a quelques mois s’était même permis de fouiner dans les poches d’un chauffeur de taxi ayant juré n’avoir rien sur lui.

Cet agent voleur et incivique serait originaire comme la majorité de cet espèce d’Obouya dans la Cuvette Centrale.Malgré son numéro au dos de sa tenue, il se sent intouchable pour être du nord, mais aussi parce que toute la police est mouillée dans cette pratique.




Pour les policiers, les populations sont leurs proies et rien ne peut les contrecarrer dans leur abus. Les policiers routiers s’en prennent aux automobilistes pour honorer leur tontine quotidienne.

Les conséquences d’avoir peuplé la police des anciens bandits et surtout analphabètes ont des répercussions négatives sur la pauvre population. L’un d’eux destiné à réguler le trafic routier y a trouvé son filon pour arrondir les fins du mois. Il s’agit de l’agent 365 qui n’a besoin d’aucune infraction des automobilistes, sinon ses 2000 frs.




A tout les braqueurs avisés, le policier numéro 365 garderait peut-être dans sa maison cette somme mal acquise, et on dit souvent un bien mal acquis ne profite jamais. Un braquage ne serait pas un crime le cas échéant.