Aux Grands Travaux 50 demandeuses d’emploi dans le lit du conseiller André Mbossa

0
2456




 

 

Conseiller au partenariat et développement, André Mbossa s’estime un chanceux dans la vie. Près de 50 congolaises à la recherche d’un emploi aux grands travaux sont passées dans son lit, condition obligatoire à un recrutement.

Au ministère des grands travaux à Brazzaville, la majorité des personnes du sexe féminin qui y travaille a eu ou continue à céder son corps à un haut cadre pour maintenir son poste de travail. Le chantage sexuel des responsables de ce ministère a rendu parfois obsolète certaines compétences.




André Mbossa,conseiller au partenariat et développement qui jouit de la confiance aveugle de son chef, Jean Jacques Bouya, a décidé de se venger de sa vie sexuelle pauvre du passé. Des jeunes congolaises dont l’âge varie entre 18 et 25 ans, à la recherche d’un stage ou emploi, sont ses victimes préférées.

Nadine O, une jeune étudiante âgée de 19 ans, confie avoir été pendant ses deux mois de stage, un objet sexuel du dit personnage. Faute, de Moro Obosso, elle avait introduit une demande de stage au ministère des grands travaux, qui est tombée dans les mains d’André Mbossa.

Convoquée dans son bureau, Nadine n’a pas d’autres options que céder son corps pour bénéficier de ce stage, passé de gratuit à payant pour la circonstance. Son histoire ressemble à celle de tant d’autres filles, à l’instar de Grâce B, qui a fini par avorter deux fois au risque de sa vie.




La tactique d’André Mbossa est très simple au ministère des grands travaux, ses subalternes repèrent les demandes d’emploi ou stage qui entrent, les étudient en profondeur avec un accent particulier sur la photo de la demandeuse, et les acheminent à leur chef qui trie. Ainsi, fonctionne la saga Mbossa aux grands travaux.