Aux États-Unis, les démocrates déterminés à destituer Donald Trump

0
622





Les élus démocrates devraient entamer une procédure de destitution. Dans le camp républicain, de plus en plus d’élus semblent également ouverts à l’idée de soutenir cette mesure. Mais les premiers vont d’abord demander au vice-président Mike Pence de démettre son président.




Quatre jours après les événements du Capitole, qui ont fait cinq morts et ébranlé l’Amérique, la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi a annoncé une série d’actions pour faire partir le président républicain, qualifié de « menace imminente » contre la démocratie et la Constitution américaines.

Première action : en appeler à Mike Pence

Les démocrates américains ont averti dimanche qu’ils sont prêts à lancer dans les prochains jours un nouvel impeachment, une procédure de destitution historique contre Donald Trump.




Mais les démocrates vont préalablement en appeler à Mike Pence pour qu’il active en urgence le 25e amendement de la Constitution. Celui-ci consiste pour le vice-président et les principaux ministres à constater l’inaptitude du président à exercer sa fonction. Les démocrates considèrent Donald Trump comme « déséquilibré » et dangereux. La chambre sera amenée lundi, et au besoin mardi, à se prononcer sur une résolution lui demandant de démettre Donald Trump de ses fonctions. Lors d’une procédure rapide puis, si c’est nécessaire lors d’un vote formel.

Fidèle de Donald Trump mais n’ayant plus de contacts avec lui depuis les événements de mercredi dernier – le président désavoue publiquement son numéro 2 qui a certifié la victoire de Joe Biden -, Mike Pence n’a montré jusqu’ici aucune volonté de déclencher ce dispositif. Nancy Pelosi précise que le vice-président disposera de 24 heures pour répondre à l’injonction de la Chambre qui reviendrait à lui faire endosser les pouvoirs exécutifs pour les dix derniers jours du mandat Trump.

Seconde option : l’impeachment

Si le vice-président s’oppose à démettre son chef, la décision de lancer la procédure de destitution revient à la présidente de la chambre des représentants. La démocrate Nancy Pelosi est donc susceptible de l’enclencher de nouveau, elle qui en 2019 avait déjà initié le processus d’impeachment de Donald Trump, accusé d’avoir demandé à l’Ukraine d’enquêter sur son rival Joe Biden.




Les articles d’accusation contre Donald Trump devraient être finalisés aujourd’hui : appel à l’insurrection après l’attaque du Capitole, mais peut-être aussi pressions sur officiels pour changer les résultats des élections. Les démocrates envisagent en effet d’ajouter cette deuxième mesure suite à l’enregistrement téléphonique entre Donald Trump et le secrétaire d’État de Géorgie au cours duquel le milliardaire réclamait clairement de changer les comptes pour renverser le résultat de la présidentielle, précise notre correspondante à New York, Loubna Anaki.

Une fois les articles prêts, les élus de la Chambre pourraient voter mardi ou mercredi.

Mais si l’objectif était de destituer le président au plus vite, les responsables démocrates pourraient choisir de ne pas transmettre les chefs d’accusation au Sénat. Selon James Clyburn, un des adjoints de Nancy Pelosi à la chambre des représentants, ils préfèrent éviter de noyer les premiers jours de la présidence Biden sous un procès en destitution contre Donald Trump. Les priorités étant de confirmer les membres de cabinet du nouveau président et les différentes mesures nécessaires contre la crise sanitaire et économique.

Au-delà du 20 janvier

Si la chambre des représentants lance la procédure d’impeachment ce lundi 11 janvier, son déroulement s’étendra au-delà du 20 janvier, date de la fin du mandat de Donald Trump et d’entrée en fonctions de Joe Biden. Le procès en destitution de Donald Trump pourrait donc avoir lieu plusieurs semaines après son départ de la Maison Blanche.

Une fois lancée, la procédure de destitution se déroule en deux temps. D’abord à la chambre des représentants avec une instruction de plusieurs semaines suivie d’un vote. En décembre 2019, la Chambre avait ainsi voté l’impeachment de Donald Trump.

La suite se déroule au Sénat, sous forme de procès, et il faut une majorité des deux tiers pour qu’un président américain soit démis de ses fonctions. c’est ainsi que Donald Trump été acquitté il y a un an environ

Trois présidents américains (dont Trump lui-même, donc) ont été visés par une procédure de destitution. Il pourrait être le tout premier à faire l’objet de cette mesure exceptionnelle à deux reprises…