Au salon Vinexpo, la lutte pour le climat est un enjeu majeur

0
273




Le Salon professionnel international des vins et spiritueux Vinexpo ouvre ses portes du 13 au 16 mai à Bordeaux, dans le sud-ouest de la France. Des exposants de 29 pays sont présents. Parmi eux, trois nouveaux pays sont invités : la Suède, la Turquie et le Vietnam. En 2017, le salon a attiré 40 000 visiteurs. Cette année, les organisateurs comptent faire encore mieux. Au menu des dégustations et des rencontres, le 1er Symposium sur le changement climatique et ses conséquences sur l’économie du vin.

La vigne est l’une des cultures les plus sensibles aux variations de température. Il fallait un lieu pour en parler, estime Christophe Navarre, président du Conseil d’Administration de Vinexpo : « Le Symposium concerne l’impact du changement climatique sur la vigne, mais aussi sur l’industrie du vin dans le monde. Ce sera de toute façon un sujet qu’il faudra suivre de manière permanente ».

L’urgence à agir

Un sujet à suivre et de manière urgente. Le dérèglement climatique avec son lot de gel, de grêle ou de maladies force les producteurs à s’adapter. Faut-il désormais intégrer le changement climatique dans la stratégie commerciale d’un domaine ? Comment produire et s’adapter dans des conditions environnementales instables ? Quelles conséquences sur l’économie du vin ? Quels risques pour les équilibres régionaux et mondiaux de l’offre et de la demande ? Voici certaines des questions qui seront posées. Des chercheurs, des économistes ou encore des producteurs s’efforcent d’y répondre lors d’une journée complète de débats. Des spécialistes venus de Nappa Valley, du vignoble bordelais, de la Champagne, d’Espagne, du Chili et du Portugal. Rodolphe Lameyse, directeur général du salon, n’est pas peu fier quand il cite les noms des invités : « Il nous semblait important d’y contribuer et de porter la parole de tout ce qui se fait. Ça concerne aussi bien les recherches agronomiques, que l’implémentation de nouvelles technologies. Il s’agit à la fois la culture de la vigne, mais également de l’impact sur le business ».

De nouvelles opportunités sont créées

Car il ne faut pas oublier, que le changement climatique crée aussi de nouvelles zones de production. Anne Cusson, chargée de Communication, organisatrice de ce 1er Symposium : « Ça peuvent être des grands groupes qui se posent des questions où investir. Faut-il investir en Suède, par exemple, ou au Canada ? Ou au contraire, il faut investir dans son vignoble historique. On a vraiment envie que ce soit un partage de savoirs. »

Un partage de savoirs qui pourrait désormais devenir la marque de fabrique de Vinexpo