Angola : le MPLA réclame la suspension du Parlement de la fille de dos Santos

0
373





Nouveau bras de fer en Angola, entre le parti au pouvoir et un membre du clan dos Santos. Le groupe parlementaire du Mouvement populaire de libération de l’Angola (MPLA) a en effet suggéré la suspension de Welwitschia dite “Tchize” dos Santos, députée au sein de cette famille politique et fille de l’ancien chef d’Etat Jose Eduardo dos Santos.

Dans un communiqué daté du 7 mai 2019, la direction du groupe parlementaire MPLA fait notamment savoir que son initiative intervient à la suite d’une absence prolongée de la députée. Welwitschia dite “Tchize” dos Santos a obtenu une autorisation d’absence de 90 jours, mais n’est toujours pas rentrée au pays passé ce délai, souligne la note. Le groupe parlementaire dit ainsi s’aligner sur les alinéas b et c de l’article 151 de la constitution angolaise de 2010.

Le texte indique en effet que le mandat de député “doit être suspendu” en cas de “maladie dont la durée dépasse quatre-vingt-dix jours” ou d’une “absence du pays pour une période qui dépasse quatre-vingt-dix jours”. Dès lors que la suspension du mandat a lieu, le député doit être remplacé temporairement, poursuit le texte.

Tentative “d’intimidation”

Très active sur les réseaux sociaux, “Tchize” dos Santos n’a toujours pas réagi officiellement à cette affaire. Dans un poste Facebook, ce vendredi, elle a cependant lancé une pique aux ténors de son parti, les accusant “d’intimidation et d’hostilité” à son égard.




“Regardez le nombre d’abonnés du MPLA et du président sur les réseaux sociaux et comparez-les aux abonnés de Tchizé dos Santos. Est-ce cette popularité de la députée que je suis qui est l’une des causes de l’intimidation et de l’hostilité dont je fais les frais au sein de mon propre parti ?”, a-t-elle écrit.

Ces derniers mois, la fille de l’ancien président dos Santos avait également fait entendre sa voix lors de l’incarcération de son demi-frère Jose Filomeno dos Santos, accusé d’importants détournements de fonds. Elle avait alors accusé l’actuel régime d’avoir des problèmes personnels avec les membres de la famille dos Santos.