André Okombi Salissa condamné à 20 ans de prison

0
839




L’opposant congolais André Okombi Salissa, jugé depuis janvier pour atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat, a été condamné à 20 ans de travaux forcés selon les réquisitions prononcées devant la Cour criminelle de Brazzaville.

« Les faits de la cause étant suffisamment acquis à l’encontre d’André Okombi Salissa, il ne vous reste qu’à entrer dans une condamnation, vu la clarté et la concordance des faits. Qu’il vous plaise d’accuser Okombi Salissa, au titre d’auteur principal, à 20 ans de travaux forces », a requis le procureur général Michel Oniangué.

« Personne n’est dupe. J’ai assez parlé pour prouver mon innocence. Je n’ai pas de défense. Je me soumets à votre conviction. Que vous me condamniez à 20, 30 ou 40 ans, j’assume parce que je suis citoyen congolais », a déclaré M. Okombi Salissa, s’adressant aux juges.

Le réquisitoire a été prononcé en l’absence des avocats de la défense: quelques minutes après l’ouverture de l’audience, les six conseils de M. Salissa avaient quitté la salle d’audience pour protester contre le non respect de leurs droits et « de la procédure elle-même », selon un journaliste de l’AFP.




« La Cour a clôturé son instruction sans que tous les points des infractions n’aient été débattus, notamment l’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat », s’est indigné Me Éric Yvon Ibouanga joint au téléphone par l’AFP.

Influent membre du Parti congolais du travail (PCT, au pouvoir), ministre dans tous les gouvernements de 1997 à 2012, André Okombi Salissa, 56 ans, a basculé dans l’opposition à l’approche de la présidentielle de 2016 remportée par son ancien mentor Denis Sassou Nguesso, qui cumule 35 ans au pouvoir.

M. Okombi Salissa n’a jamais reconnu les résultats du scrutin présidentiel de 2016, tout comme un autre candidat, le général Jean-Marie Michel Mokoko, ancien chef d’État-major, qui a été jugé et condamné à 20 ans d’emprisonnement en 2018.