Alain Akouala : le ministre qui ne vivait que de son salaire

0
2493




 

 

Ses collaborateurs ont toujours eu du mal à y croire, situation normale dans un pays où la nomination à un poste de responsabilité de surcroît celui de ministre est perçu comme une réussite de facto. Au Congo, le ministre qui ne vole pas l’argent de l’État est mal vu par des propres collègues, et sa famille. « Veux-tu mourir comme Marien Ngouabi ? » entend- on dire souvent aux ministres intègres.

Marien Ngouabi qui a dirigé le Congo de 1969 à 1977 à l’instar de Thomas Sankara n’a jamais confondu le Trésor Public à sa poche comme le font les autorités actuelles du Congo. Une intégrité qui lui a coûté la vie, une vie arrachée crapuleusement par ceux là même qui dirigent le Congo actuel.

Remercié du gouvernement à la faveur du dernier remaniement ministériel pour des raisons obscures, le natif de Poto Poto Alain Akouala s’en est allé avec la conscience tranquille.




Pendant toutes les années passées au gouvernement, Alain Akouala n’a vécu que de son salaire de 11 millions de Cfa et n’a jamais fait partie des différents « Muzikis » qui existent au sein du gouvernement.

Homme solitaire nageant à contre courant, Alino s’est vu attirer les foudres de certains de ses collègues, peu habitués à côtoyer des personnes intègres. « Celui qui ne vole pas comme nous est forcement contre nous ». Après des années entre les requins, Alain Akouala a été délivré par Sassou Nguesso sous les coups de boutoirs de certains caciques. « Ils ont cru me faire du mal, hors c’était de la délivrance » se dit peut être Alino.

Réfugié dans son QG de Poto Poto, le brazzavillois Alain Akouala contrairement à certains ex ministres ayant fait l’exode rural et qui vivent mal leur remerciement, se sent choyer par ses proches dont certains lui prédisent un avenir en or. «  Alino,fanda na yo, lobi tango ba ko kima,yo oko tikala na bisso awa…oza Brazzavillois pe mwana ya Potal ».

Invité à la prestation de serment de Georges Weah à Monrovia,Alain Akouala en a profité pour agrandir son carnet d’adresses. A peine descendu de l’avion à l’aéroport de Monrovia,un proche de Guillaume Soro croisé sur place lui a soufflé de l’arrivée imminente de ce dernier,et Alain Akouala a décidé de l’attendre pour resserrer leurs liens.

L’ex ministre Alain Akouala est l’un des rares sinon le seul ministre qui se permet d’affronter le peuple sans crainte aucune. C’est ce qui se passe lorsqu’on ne se reproche de rien.

Cela se sait partout que l’élégant Bangangoulou n’est pas un Yaka Noki Noki complexé du pouvoir et agrippé aux caisses de l’État comme une sangsue. Un vrai Marien Ngouabi.